Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

3 10 mars 2008

Les nourritures terrestres - André Gide

Le genre de livre difficile à résumer... Une sorte d'ode à la vie, au monde. Sa lecture vous donne envie de vous tourner vers les autres, de parcourir le monde (fini le blog...). De ces livres que l'on peut lire et relire, puisqu'il y a forcément quelque chose de bon à garder.

Gide

Je ne résiste pas à la tentation de vous soumettre quelques extraits...

"Que ta vision soit à chaque instant nouvelle. Le sage est celui qui s'étonne de tout."
"Ne désires que ce que tu as."
"Connais-toi toi même, maxime aussi pernicieuse que laide. Quiconque s'observe, arrète son développement."

Des préceptes à garder dans un coin de sa mémoire, pour les moments difficiles...


Commentaires

    Gide... je me laisserais bien tenter...

    Posté par Val, 05 avril 2008 à 12:04
  • Je ne suis pas arrivée à terminer ce livre, j'ai abandonné à la moitié, trop de descriptions, trop de longuers, trop de genre littéraires mêlés: on passe du dialogue au poème, de phrases longues à une simple juxtaposition de mots.
    Le qualificatif qui me vien en premier à l'esprit est SOPORIFIQUE mais il est empreint de poésie, seul point positif que je relèverais!

    Posté par Mlle Swann, 27 avril 2009 à 17:24
  • J'ai adoré ce livre, merci pour ce billet qui me donne envie de le relire. Tu le résumes très bien par cette expression : "une ode à la vie"... Ce que j'aime beaucoup c'est qu'il nous incite à une forme d'ascèse, mais sans la prescrire absolument. "Oublie les livres", ressource-toi au contact de la nature, contente-toi de ce dont tu as besoin : on n'est pas très loin d'Epicure, finalement. Les descriptions de la symbiose avec la nature sont sublimes, on se croirait avec Adam dans le jardin d'Eden. Les lieux visités sont magnifiés, les descriptions fines, ciselées. L'écriture de Gide reste très classique, le vocabulaire est riche, la syntaxe claire, et la poésie est omniprésente. Quelle chance pour Nathanaël d'avoir un tel précepteur !

    Posté par greg, 22 mai 2009 à 17:07

Poster un commentaire