Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

16 29 septembre 2008

De Niro's Game - Rawi Hage

Liban, au début des années 1980. A Beyrouth-Ouest, dans le chaos d'une ville où règne la loi des armes, le jeune Bassam rêve d'Europe. Son ami d'enfance, Georges, brûle sa jeunesse dans les violences de la guerre civile. Livrés à eux-mêmes, les jeunes de Beyrouth voient dans la guerre et ses dangers un décor à la mesure de leur insouciance. Mais les horreurs du conflit et la mort qui les rattrape auront bientôt raison de leur fougue...

"Je n'avais plus aucun intérêt pour l'écho des abattoirs, la course lourde des talons, les feux d'artifice. Je n'avais d'oreille que pour les vagues qui jutaient sous le pont, plongeaient sur le pare-brise, venaient me lécher les pieds."

Rawi Hage - De Niro's game - Couverture

"De Niro's Game" : un drôle de titre, sonnant bizarrement. Au Québec, le livre est paru sous le titre "Parfum de poussière" qui n'était pourtant pas si mal. "De Niro's Game" fait allusion à la scène de la roulette russe du film "Voyage au bout de l'enfer" de Michael Cimino, dans lequel joue l'acteur américain Robert De Niro. Dans le film déjà, cette scène avait une forte portée symbolique. La roulette russe, comme image de la futilité de la guerre, de la légèreté de nos vies, de la marche implacable du destin.

"De Niro's Game" transpire la violence. Violence du récit, violence de l'écriture aussi. Rawi Hage alterne les phrases courtes, saccadées comme un tir d'arme automatique, et des phrases très longues, qui laissent à bout de souffle. Il utilise parfois les répétitions, pour marteler ses idées, jouer sur le rythme. Il n'épargne personne, ni son personnage hanté par ses faiblesses et ses obsessions, ni le lecteur qui doit s'accommoder d'un style nerveux, parfois chaotique, de forme inhabituelle, avec des dialogues faisant corps avec le récit.

"J'ai mordu ma lèvre gonflée, ignoré mes côtes meurtries et je leur ai demandé de descendre lentement. J'ai dit : Lentement. Puis lentement, j'ai redit : Lentement."

Finalement, un très bon roman, au style vif et prenant. Le livre a également le mérite de donner un éclairage différent sur un conflit que l'on ne connaît souvent que par les livres d'histoires ou des articles de journaux.

Ce livre a reçu le prix des Libraires du Québec 2008 puis le prestigieux prix Impac 2008 de ce coté de l'Atlantique. Il est accueilli avec enthousiasme sur la plupart des blogs de lecture.

Ce livre m'a été offert, comme à beaucoup de blogueurs, par le site ChezLesFilles et les éditions Denoel que je remercie. Cela n'a joué en rien sur l'objectivité de mon jugement. La preuve avec le roman de Florence Ben Sadoun, que j'ai reçu de la même manière, et pour lequel j'ai donné mon avis avec la même sincérité...


Commentaires

    Bonjour Calepin,

    Je viens de commencer ma lecture de ce roman et je suis scotché à chaque page. Je n'ai lu que la conclusion de ton commentaire (histoire de ne pas être influencé...) mais une chose est certaine, au sens figuré comme au sens propre, c'est de la bombe, ce bouquin-le.

    @ bientôt,

    Posté par Gangoueus, 30 septembre 2008 à 00:00
  • Lu il y a plusieurs mois, je l'ai aimé aussi... un livre qui marque.

    Posté par Karine :), 30 septembre 2008 à 03:55
  • J'ai bien aimé ce premier roman de l'auteur.
    C'est vrai aussi que le titre est grotesque. Pourquoi ne pas avoir gardé le titre canadien nettement plus beau ?
    Je crois qu'il va falloir garder un oeil sur cet écrivain. J'ai bien aimé son style.
    De Niro's Game n'est pas un chef d'oeuvre mais un bon bouquin très prenant.

    Posté par Fantasio, 30 septembre 2008 à 07:09
  • @ Gangoueus : tu ne courais pas grand risque en lisabt l'intégralité de mon commentaire, j'essaie en général de ne pas déflorer l'histoire... Bonne lecture ! (je guette ton avis)

    @ Karine ; j'ai lu ton avis, que je partage en grande partie. Tu as eu le privilège d'avoir l'édition québecoise entre les mains (celle avec le "bon" titre : n'est ce pas Fantasio...

    Posté par calepin, 30 septembre 2008 à 07:25
  • Tiens, c'est étonnant jusqu'ici je n'avais pas envie de lire ce livre en lisant les billets mais le tien me fait douter de ma première impression.
    Comme quoi...

    Posté par thaisg, 30 septembre 2008 à 08:05
  • Quand je pense que je vis au Québec et que je n'ai pas encore lu ce livre, qu'on m'a pourtant recommandé plusieurs fois. Je vais m'y mettre bientôt et sous le vrai titre "Parfum de poussière", nanananère !

    Posté par M.B., 30 septembre 2008 à 16:40
  • Toi aussi tu fais partie de ces chanceux qui ont reçu De Niro's Game, et je vois que ca t'a plu.
    Pour l'instant ce roman (excellent au demeurant) fait l'unanimité chez les blogueurs.
    Je découvre ton blog, suite au commentaire laissé sur le mien
    A bientot, donc,

    Roxane

    Posté par Roxane, 30 septembre 2008 à 17:20
  • @ thaisg : c'est un bon roman, mais certaines blogueuses ont été un peu refroidies par la violence du sujet et certaines envolées poétiques un peu incontrolées (te voilà prévenue !)

    @ M.B. : veinarde

    @ roxane : bienvenue ! "De Niro's Game" est en effet très bien accueilli par les blogueurs mais il ne fait pas totalement l'unanimité : il y a quelques critiques discordantes tout de même...
    vous en trouverez chez Clarabel :
    http://blogclarabel.canalblog.com/archives/2008/09/27/10676498.html
    on peut aussi lire la critique de Anne, qui a abandonné sa lecture :
    http://insatiable-lectrice.over-blog.com/article-23195967.html

    Posté par calepin, 30 septembre 2008 à 23:13
  • Pourquoi je reçois jamais rien moi?

    Je sors du sujet pour t'annoncer rapidement que tu figures dans ma liste de 7 blogs préférés (voir mon blog).

    Posté par Keltia, 01 octobre 2008 à 19:58
  • Bonjour,
    j'ai lu aussi ce roman par le même biais (Violaine) et franchement, rien à ajouter à votre billet.

    Posté par Yv, 01 octobre 2008 à 20:45
  • @ Keltia : très honoré de faire partie de tes blogs préférés !

    @ Yv : bonjour et bienvenue, il y aurait pourtant matière à ajouter à ce billet ! j'aurais bien ajouter comme extrait du roman la phrase de la page 155 de mon édition (certainement la phrase la plus longue et la plus étonnante du roman), mais le billet serait devenu quelque peu indigeste..

    Posté par calepin, 01 octobre 2008 à 21:50
  • Tu sais, Calepin, on n'a JAMAIS douté de ton objectivité pour ce qui est de ton analyse du roman (je viens de lire le billet de Clarabel à son sujet et les commentaires joints...). Le Livre de Poche aussi réalise ce type d'opérations promo : la dernière en date concernait "Ces petites choses", de Deborah Moggach, et les avis n'étaient pas unanimes. Ce qui n'a d'ailleurs pas empêché le Livre de Poche de les faire tous figurer sur son site !

    Posté par Brize, 03 octobre 2008 à 17:09
  • Merci pour ta confiance Brize ! Ce que tu me dis sur "Ces petites choses" et ce que j'ai pu observé pour "La fausse veuve" me font penser que les critiques que l'on peut lire sur les blogs sont la plupart du temps honnêtes et sincères.

    Posté par calepin, 03 octobre 2008 à 23:48
  • Les grands esprits...

    Séduite moi aussi...

    Posté par Constance 36, 04 octobre 2008 à 21:31
  • De Niro'sGame

    j'ai aimé +++
    Il me semble que l'auteur est une nouvelle voix sur laquelle il va falloir compter !?
    Son nouveau bouquin vient de paraître au Canada anglais : Cockroach ; la même urgence d'écriture parait-il, mais cette fois-ci dans le milieu émigré à Montréal...
    Quant au titre ,je pense qu'il a été bien de revenir au titre initial (mais on aurait pu le traduire), car il est une part intrinsèque du roman. Ne nous en déplaise, si le titre du Québec paraît plus poétique, moins agressant peut-être, c'est un détournrment de sens...presqu'une amputation...!?

    Posté par Marie-Christine, 30 octobre 2008 à 21:24
  • Bonsoir Marie-Christine et bienvenue,
    Merci pour cette info sur l'actualité de Rawi Hage et pour votre réflexion sur le titre de... "De Niro'S Game" pusiqu'il faut se résoudre à accepter celui-ci. J'ai d'abord pris le parti de "Parfum de poussière" mais comme vous, je pense maintenant que celui-ci a tout de même l'inconvénient majeur de dénaturer le choix initial de l'auteur...

    Posté par calepin, 30 octobre 2008 à 21:56

Poster un commentaire