Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

17 13 octobre 2008

Le rapport de Brodeck - Philippe Claudel

Quelques temps après une guerre que l'on imagine être la seconde guerre mondiale, dans un village reculé d'un pays jamais nommé, un mystérieux étranger, l'Anderer, l'autre venu de nulle part, est assassiné par les Dörfermesch, les hommes du village. Brodeck, parce qu'il sait écrire, parce qu'il est le seul homme du village à avoir fait des études, est chargé par ces mêmes hommes de rédiger un rapport, relatant les faits qui ont conduit à l'Ereignïes, "la chose qui s'est passée"...

Philippe Claudel - Le rapport de Brodeck - Couverture

J'ai mis beaucoup de temps à lire "Le rapport de Brodeck". Je rechignais à m'y plonger et certains soirs, je préférais reporter tout simplement ma lecture au lendemain. Et pourtant, le roman est excellent, et quelle écriture ! Mais il y a trop d'horreur dans ce roman, trop de noirceur, trop de ténèbres. Comment soutenir les exactions commises pendant ce qu'on imagine être la nuit de cristal, le transport des prisonniers dans les trains de la mort, l'horreur des camps d'extermination, les meurtres, les viols... Comment supporter la vision de ce que l'humanité a engendré de plus vil ?

Décrites par un auteur qui ne les a pas connues, la précision de ces scènes de cruauté pourrait finalement se révéler dérangeante... Car comme Jonathan Littell avec "Les bienveillantes", Philippe Claudel est trop jeune pour avoir vécu ces évènements. Mais le romancier n'est-il pas là tout simplement dans son rôle, funambule sur la corde raide entre imaginaire et vérité historique ?

Jamais vraiment situé, ni dans le temps, ni dans l'espace, Claudel veut donner à son roman un caractère universel. Ainsi le mot "juif" n'est à aucun moment prononcé. Le seul récit de la guerre et des camps aurait largement suffit à nous convaincre de la noirceur de l'humanité, mais Claudel veut frapper fort et additionne les paraboles jusqu'au vertige, jusqu'à la nausée, du meurtre de l'Anderer jusqu'à ce mystérieux et terrible conte de la vieille Fédorine dans les dernières pages du roman...

Pourquoi lit-on ? Si c'est pour le plaisir, il n'y en a pas beaucoup à lire "Le rapport de Brodeck", si ce n'est celui d'admirer la belle écriture de Philippe Claudel, simple et imagée, aussi lumineuse que son roman peut être obscur. On pourra aussi ajouter que le roman est une belle - mais triste - histoire d'amour. Mais parce que l'on ne lit pas que pour son bon plaisir, parce qu'il serait absurde de renoncer à la lecture d'un roman sur le souvenir, on lit "Le rapport" jusqu'au bout...

Réflexion sur la bêtise et la lâcheté, sur l'art et la place de l'artiste dans la société, sur la guerre et la violence, sur l'Histoire et sa négation, sur l'horreur sans nom du génocide, sur la peur de l'étranger et de la différence en général, sur le devoir de mémoire, sur la religion... "Le rapport" est tout cela et certainement bien plus encore.

Mais quel pessimisme ! On le ressent à chaque page, l'écriture elle-même en est imprégnée. Jusque dans les plus innocentes descriptions où se tapissent de sinistres métaphores, de funèbres adjectifs. Incorrigible optimiste, j'ai attendu longtemps une note de lumière. Elle survient presque au terme du récit et Brodeck s'adresse alors à sa fille :

"Je te dis que de l'horreur naît parfois la beauté, la pureté et la grâce. Je te dis que je suis ton père à jamais. Je te dis que les plus belles roses viennent parfois dans une terre de sanie. Je te dis que tu es l'aube, le lendemain, et que seul compte cela qui fait de toi une promesse. Je te dis que tu es ma chance et mon pardon. Je te dis ma Poupchette, que tu es toute ma vie."

Je n'ai peut-être pas bien cherché, mais je n'ai pas trouvé une seule critique négative de ce roman sur les blogs de lecture. Tout au plus, Daniel a eu un peu de mal de digérer "les pseudo-dialectes germaniques"... Mais Sentinelle, Liliba, Katell, SylviePom et beaucoup d'autres encore (qui m'excuseront j'espère de ne pas les citer) ont toutes* beaucoup aimé ce roman.

*et oui, comme souvent, plus de lectrices que de lecteurs...


Commentaires

    je l'ai sous la main et pas encore lu !Il n'y a plus qu'à....

    Posté par Thaïs, 13 octobre 2008 à 13:12
  • Il est vrai que Claudel n'est pas un témoin des horreurs commises dans les camps nazis, mais son constat, infiniment triste, concerne bien notre actualité. Oui, l'Anderer existe toujours, à chaque instant, dans tous les coins du monde...

    Posté par sybilline, 13 octobre 2008 à 14:52
  • Pas encore lu... Je crois que j'éprouve à l'égard de ce roman le même sentiment ambigu que celui que je porte aux "Bienveillantes": d'un côté je sais qu'il s'agit de littérature de qualité mais de l'autre, j'ai peur d'en sortir déprimée. Et finalement, j'aime lire pour me détendre.

    Posté par Keltia, 13 octobre 2008 à 14:57
  • Keltia, c'est en effet tout le problème de ce genre de lectures, et ce que je tente de dire dans mon billet. Aux personnes qui lisent pour ce détendre, je conseillerai tout simplement de fuir "Le rapport de Brodeck" ! Personnellement, j'essaie d'alterner les genres...

    Posté par calepin, 13 octobre 2008 à 15:50
  • J'ai mis un an pour oser enfin le lire, alors que je l'avais acheté dès sa parution. Peur comme vous de m'engluer dans tant de noirceur ! Et curieusement, j'ai dévoré ce livre, tellement bien écrit par ailleurs. Je crois qu'il faut tout simplement bien choisir son moment, ce n'est pas un livre à lire n'importe où ni n'importe quand...

    Posté par sentinelle, 13 octobre 2008 à 17:03
  • Je suis un fan de Philippe Claudel et j'ai adoré ce livre malgrè sa noirceur mais c'est ce qui fait sa force..

    Posté par alain, 13 octobre 2008 à 21:56
  • Jusqu'à présent, je n'ai jamais été déçu par un bouquin de Claudel. Je n'ai pas encore acheté celui-ci, j'attends qu'il paraisse en "poche"... à moins que je ne me le fasse offrir !
    Mais une chose est certaine : je le lirai !

    Posté par Fantasio, 14 octobre 2008 à 07:59
  • Comme toi Fantasio, j'ai tendance à lire "en poche" pour alléger mon budget lecture...
    Coup de chance pour "Le rapport...", il s'agit d'un prêt (et ce n'est pas si facile de décrocher un prêt en ces temps de crise financière...

    Posté par calepin, 14 octobre 2008 à 08:22
  • Je l'ai reçu... pour Noël l'an dernier! Il y a un je ne sais quoi qui me retient. Je le lirai dans un moment où j'ai le goût de trucs sérieux!

    Posté par Karine :), 18 octobre 2008 à 01:24
  • Je n'ai pas lu celui-ci de Claudel, par contre j'ai beaucoup aimé La petite fille de M. Linh, formidable petit roman

    Posté par Yv, 19 octobre 2008 à 17:10
  • J'ai ajouté "La petite fille de M Linh" à ma "liste à lire" suite à la lecture du "Rapport...", mais ce n'est pas pour tout de suite... La guerre et la violence, après "De Niro's Game" et "Le rapport de Brodeck", je vais faire une petite pause et intercaler quelques lectures plus légères...

    Posté par calepin, 19 octobre 2008 à 22:07
  • Contrairement aux Bienveillantes, je n'ai nullement trouvé Le Rapport... déprimant ou pénible à lire. Sans doute à cause de la très belle plume de Claudel.

    Posté par Grominou, 07 février 2009 à 19:59
  • oh oui, j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre... Mais je suis une inconditionnelle de Philippe Claudel!!

    Posté par sylvie, 13 mars 2009 à 11:02
  • Je le dévore depuis 2 jours. Il ne me reste qu'une 40taine de pages mais je me méfie de la fin ... Après "la petite fille de Monsieur Linh" dont la fin est saisissante, je reste sur mes gardes.

    Comme les autres romans de Philippe Claudel (et on a du mal à se dire que ce sont des romans et pas des récits ou des biographies), "Le Rapport de Brodeck" se lit facilement (le style, l'écriture, les métaphores ...). Je le trouve moins "noir" que "les Ames Grises" que j'ai apprécié mais trouvé triste, glauque et dans lequel je me suis trouvée engluée. Bien-sûr, c'est dur. Le passage le plus émouvant à mon sens, c'est la rencontre de Brodeck avec le viel homme qui l'héberge, sur le chemin du retour vers son village. Ca m'a beaucoup touché.

    Dans "Le Rapport de Brodeck", le ton est donné dès le début et s'alourdit au fil du roman, contrairement à "Mr Linh" qui n'est pas un roman toujours triste et dont j'ai gardé le souvenir d'une certaine gaité dans l'évocation naïve de la relation de Monsieur Linh avec sa petite fille (avant le dénouement, bien-sûr).

    Enfin, si Philippe Claudel n'a pas vécu la guerre, il a, comme nous tous, eu des parents et grands-parents, des amis et parents d'amis qui ont connu la guerre, les camps de prisonniers ou les camps de concentration, qui ont parfois vécu une petite partie de tout ça. La littérature qui traite ces sujets, surtout, est abondante.

    Bref, j'ai beaucoup aimé ce roman que je recommande et qui n'est pas insupportable comme certains que j'ai du arrêter en cours de lecture, par peur, par effroi ... Mais ça dépend aussi de l'expérience de lecteur de chacun !

    En revanche, je n'ai as tenté "Les Bienveillantes" ...

    Massalia

    Posté par Massalia, 14 avril 2009 à 11:17
  • Je n'ai moi non plus pas encore lu "Les bienveillantes", mais j'imagine sans peine que l'on peut aller bien plus loin dans l'horreur que ne l'a fait Claudel avec "Le rapport de Brodeck". Reste que l'évocation des atrocités du nazisme, quel que soit leur degré de réalisme, rend ce genre de littérature difficile...
    Encore merci pour vos commentaires !

    Posté par calepin, 14 avril 2009 à 12:10
  • c'est l'oeuvre que je préfère d'un auteur que j'apprécie beaucoup!

    Posté par Sourifleur, 17 juin 2009 à 19:15
  • je n'ai lu qu'un livre de Philippe Claudel, "les âmes grises", je vous invite à lire mon avis sur le blog que je viens de créer:avis assez mitigé...je ne sais pas si je relirai cet auteur...

    Posté par sophie57, 27 octobre 2010 à 18:42

Poster un commentaire