Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

27 23 octobre 2008

La mezzanine - Nicholson Baker

Lorsque l'on rédige une fiche de lecture, il est de tradition (il paraît que ce mot n'est plus à la mode) de commencer par un résumé de l'oeuvre. Pour réaliser ce résumé, il existe plusieurs solutions, que je vais tenter d'énumérer (j'ai conscience que cette volonté soudaine d'énumération ne fera sourire que les personnes ayant lu "La mezzanine", mais j'assume) :

#1 - la solution artisanale

Il s'agit de confectionner le résumé soi-même. C'est de loin la solution la plus difficile. Rédiger un résumé à peu près convenable n'est pas vraiment évident. Cela peut même parfois tourner au cauchemar. Mais une fois le labeur accompli, on est envahi par un tel sentiment de fierté que l'on oublie bien vite les souffrances endurées, pour se consacrer pleinement à la seconde partie de la fiche de lecture, la plus excitante et la plus facile, qui consiste à laisser pour la postérité son avis de lecteur. Bref, vous aurez compris que c'est cette solution que j'utilise habituellement sur ce blog.

#2 - la solution malhonnête (parfois appelée "méthode de l'Amazon")

Il s'agit de copier/coller un résumé prêt à l'emploi sur un blog ami ou sur le site web d'un grand magasin de vente de bouquins en ligne. C'est rapide, facile et peu fatiguant. Une solution que je me suis refusé à employer jusqu'à présent.

#3 - la solution de la quatrième de couverture (également appelée "méthode Fantasio") [1]

Ici, on recopie la quatrième de couverture du livre à résumer. C'est la solution de facilité, très souvent employée sur les blogs (je ne donnerai pas de noms), mais parfois inadaptée lorsque ladite quatrième de couverture se perd en conjectures philosophiques pas toujours en rapport avec le roman dont elle est censée parler.

#4 - la solution prête à l'emploi

Cette fois, on compte sur un résumé rédigé par l'auteur en personne, généralement en fin de roman, afin de le recopier purement et simplement, sous la forme d'une citation. Cette solution se présente assez rarement, il faut bien le reconnaître, mais il faut malgré tout y penser. En l'occurrence, dans "La mezzanine", Nicholson Baker a suffisamment de conscience professionnelle pour fournir un petit résumé dans les dernières pages de son roman...

Il existe certainement d'autres solutions (on peut par exemple tenter de sous-traiter l'exercice...) mais il me semble que ce petit inventaire n'est pas loin d'être exhaustif. Bref, il se trouve que pour "La mezzanine", les quatre solutions sont utilisables, mais aucune ne me satisfait pleinement.

La mezzanine - Nicholson Baker - Couverture

J'ai d'abord tenté de réaliser un résumé. Mais je tourne en rond avec ce roman sans véritable histoire, et le résultat ne me convient pas.

Recopier la quatrième de couverture pourrait être une solution :

"Parce qu'il casse son lacet de chaussure, un jeune cadre new-yorkais - le narrateur de cet ébouriffant roman - part, à l'heure du déjeuner, en acheter une paire neuve. En chemin, il va voir se liguer contre lui mille objets usuels : un escalier mécanique, des chaussettes, un horodateur une bouteille de lait, un séchoir à main, deux téléphones... Mais il ne s'agit pas d'un simple inventaire à la Prévert. Confronté à cette armada hyperréaliste de choses, le jeune homme va faire de surprenantes découvertes sir l'amour filial ou les raisons de l'isolationnisme américain."

Seul problème : ce résumé est imprécis et plus grave, il me semble qu'il est faux. D'abord, le narrateur ne casse pas UN, mais DEUX lacets. Cela peut paraître anecdotique, mais il se trouve que tout le roman tient sur ce détail. Ensuite, je n'ai pas eu du tout cette impression que les objets se liguaient contre le narrateur. Bien au contraire. On pourrait d'ailleurs dire que ce roman est une déclaration d'amour aux escalators (pour vous dire comme l'éditeur s'est planté). Quant aux "surprenantes découvertes de l'isolationnisme américain", j'ai dû raté quelque chose...

Reste le résumé de l'auteur :

"Moi, la bonne fortune me trouvait aujourd'hui dans la circonstance de quelqu'un qui avait travaillé toute la matinée pour gagner sa vie, cassé un lacet, bavardé avec Tina, réussi à uriner dans des toilettes communes, lavé sa figure, dévoré un demi-sachet de pop-corn, acheté une nouvelle paire de lacets, mangé un hot-dog et un cookie accompagné d'un verre de lait ; et la bonne fortune me trouvait à présent assis au soleil sur un banc vert, un livre de poche sur les genoux."

Le résumé est juste cette fois-ci, c'est d'ailleurs le minimum que l'on pourrait attendre d'un résumé écrit par l'auteur lui-même. Inconvénient : si je me contente de ce seul extrait du roman, vous pourriez vous faire une idée un peu biaisée du style de l'auteur. Ainsi, comment pourriez-vous savoir que l'expression un rien désuète "la bonne fortune" est un clin d'oeil à un texte de Marc Aurèle et n'est ici employée que dans le but d'amuser la galerie ?

Ne pouvant me résoudre à faire un choix pour le résumé, je passe donc directement à la deuxième partie de ce billet : mon avis, forcément subjectif.

Escalator

"La mezzanine" est donc le premier roman de Nicholson Baker. Ce roman avait été publié en poche dans les années 90. Il est maintenant réédité dans une nouvelle collection pseudo-poche assez élégante, éditée par Robert Laffont.

Une autre remarque sur la forme avant d'aborder le fond : le roman est truffé, que dis-je, totalement encombré de notes de bas de pages, parfois si longues qu'elles ne laissent que deux ou trois lignes au récit proprement dit. Ces notes ont l'inconvénient de casser un peu le rythme de la lecture (cela me fait penser qu'il faut absolument que je perde cette mauvaise habitude de placer des parenthèses un peu partout dans mes messages).

Face à cette avalanche de notes de bas de page, on pourrait être tenté de ne pas les lire pour se concentrer uniquement sur le récit. Ce serait une grosse erreur ! En effet, ces notes de bas de page recèlent de digressions souvent hilarantes et surtout, la dernière note peut être considérée comme la véritable fin du roman. Vous voilà prévenus.

Pour le fond maintenant, le moins que l'on puisse dire est que ce roman est étonnant. Si vous avez lu le résumé les résumés, vous vous en étiez un peu douté. Ces histoire de lacets, d'escalators, de pop-corn... D'accord, c'est "hyperréaliste" comme dit la quatrième de couverture. On peut aussi dire que c'est du n'importe quoi. Le plus étonnant en fait, c'est avec quel talent ce Nicholson Baker est capable de raconter sur un sujet aussi bateau qu'une paire de lacets ou un escalator. C'est pertinent, souvent très drôle, mais tout de même... Alors on pourra y voir bien sûr en filigrane une critique de notre société de consommation par l'absurde, mais rien n'est moins sûr...

En fait, ce roman m'a donné l'impression d'un exercice de style, réalisé par un élève hyperdoué, mais qui, un peu fainéant, n'aurait pas vraiment pris la peine de construire une trame digne de ce nom à son roman pour se reposer sur d'indéniables facilités d'écriture. Nicholson Baker donne vraiment l'impression de pouvoir écrire tout sur n'importe quoi, et d'écrire pas trop mal en plus (pour autant que je puisse en juger).

Je conserverai donc un avis mitigé de ce roman, mais en garderai quelques bons souvenirs ainsi que quelques francs fou rires. "Vox", du même auteur m'avait laissé à peu près la même impression (je viens de le relire pour en avoir le coeur net).

Une petite citation pour finir : "C'était le vrai problème de la lecture : il fallait toujours reprendre à l'endroit même qui vous avait fait arrêter de lire la veille".

[1] : désolé Fantasio, c'était trop tentant ;)


Commentaires

    Excellent billet, Calepin, je me régale à te lire !!

    Posté par Cuné, 24 octobre 2008 à 06:34
  • Hé ben me voilà rhabillé pour l'hiver ! )))
    En fait je pense que c'est avec la photo du bouquin et le texte de présentation que l'acheteur se décide dans une librairie. Alors je rajoute juste mon avis....
    Mais il y a aussi une question de temps. C'est fou comme internet bouffe la vie ! Entre mon site http://www.lesitedujour.com/v7/index.php (un peu de publicité ne fait pas de mal et mon blog, plus la visite des sites et blogs « amis », il me faut un sacré bout de temps. Et il me faut bien trouver un petit moment pour bouquiner !
    Plus sérieusement j'ai souvent eu l'envie d'abandonner « Les Bouquins de Fantasio » mais pour l'instant je tiens le coup.
    Ceci étant dit il est certain que mes billets seraient facilement perfectibles.... avec du temps.
    Avant internet je notais mes lectures sur un cahier. Juste une ligne ou deux et en fait c'est ce que je continue depuis août 2005 sur mon blog.
    Difficile d'écrire quand on a pas de style. Je suis un grand lecteur mais un mauvais chroniqueur. Il faut de tout pour faire un monde hein ?

    Posté par Fantasio, 24 octobre 2008 à 09:30
  • @ cuné : tout simplement : Merci !

    @ fantasio : soulagé que tu prennes ma petite pique avec humour ! mais celle-ci ne visait (gentiment j'ose espérer) que ton habitude de reprendre les quatrièmes de couverture ! tes chroniques sont très bien et je ne leur portais aucun jugement ! Pour ce qui est de la question du temps, je confirme : internet est un ogre (en ce qui me concerne, c'est mon temps de sommeil qui trinque... et aussi paradoxalement mon temps de lecture) ce qui ne te donnes que plus de mérite puisque tu es capable de concilier ton blog, un site internet, un rythme de lecture époustouflant et j'espère malgré tout une vie sociale à peu près normale...

    Posté par calepin, 24 octobre 2008 à 09:47
  • Pour le livre, je ne sais pas, mais le billet en tout cas est franchement réussi ! Et vivent la méthode artisanale et les digressions !

    Posté par Ys, 24 octobre 2008 à 10:26
  • Moi je fais de l'amazon et du Fantasio (ou plutot fantasio en amazon) sachant que les deux sont me semble-t-il souvent identiques. Par contre, en général, sauf quand je suis pressée (comme dans mon dernier billet), je vérifie l'orthographe car amazon fait souvent des fautes.
    Et je m'attache plus au contenu de mon billet.
    Le livre bof...
    Bon WE !

    Posté par Thaïs, 24 octobre 2008 à 12:05
  • Ah vous avez raison, le résumé est parfois très difficile à réaliser! en ce moment j'en cherche un pour " Zulu" un polar qui se déroule en Afrique du sud et je crois que mon résumé ne verra jamais le jour! Mais je détesterai copier la 4 ème de couverture. Pourquoi faire un des analyses de livres dans ce cas? Déjà que les blogueurs ne sont pas bien vus par la presse...il ne faudrait pas leur donner des verges pour nous battre.
    Je ne savais trop quoi penser du roman que vous présentez mais si vous dites que ça fait penser à un exercice de style réussi ou pas, je fuis!
    La plupart des ouvrages de fiction qui me déçoivent c'est justement pour cette raison : on a l'impression soit d'une bonne rédac soit d'un exercice de style...
    Vous avez le chic pour mettre le doigt ( enfin la souris) sur les sujets importants.

    Posté par dominique, 24 octobre 2008 à 12:08
  • Bravo pour cet article, fort informatif (les résumés). Pour ma part si j'en ai le temps je ferai un jour la liste des quatrièmes de couv les plus infâmes (le contenu du livre n'étant pas en cause). Par exemple celles qui racontent TOUT (si, cela existe!)

    Posté par keisha, 24 octobre 2008 à 13:32
  • Mais qu'avez-vous contre les quatrièmes de couverture ?
    Elles sont bien utiles même si quelquefois elles sont mal foutues ! Pour ma part c'est souvent le texte de présentation qui motive mon achat. Même si ce n'est qu'un extrait de dialogue par exemple il donne une petite idée de ce que sera le livre...
    Au fait je signale à Thaïs que Amazon et Fantasio ne sont pas identiques. Je n'ai jamais recopié quoi que ce soit. J'ai MON opinion et je l'écris. Si, parfois elle est identique à d'autres, c'est simplement que je dois être un lecteur moyen. Je ne vais quand même pas dire qu'un bouquin est mauvais sous prétexte de me démarquer de l'opinion générale qui le trouve bon !

    Posté par Fantasio, 24 octobre 2008 à 16:18
  • @Fantasio

    Mais non je ne parlais pas de toi, je parlais des méthodes Amazon et méthode Fantasio.(c'était juste un mauvais jeu avec les mots). Il me semble simplement qu'Amazon recopie souvent comme résumé la 4eme de couverture.(pas toujours).
    Tu fais bien d'écrire ton opinion, c'est l"intérêt du blog
    Je vais d'ailleurs te lire de temps en temps mais ton univers est rarement le mien.

    Posté par Thaïs, 24 octobre 2008 à 19:43
  • J'aime beaucoup ton billet! Et je crois que je vais noter le livre pour les notes de bas de pages!

    Quant à ma méthode "résumé", j'avoue copier paresseusement (et sans honte à part de ça) le quatrième de couverture, souvent abrégé (je ne m'userai pas les doigts à copier les éditeurs qui vantent le livre, quand même) ou un peu modifié (quand il révèle carrément la fin)! Toute façon, comme j'ai vraiment du mal à abréger, je pense que s'il fallait que je résume home-made en plus... ça serait carrément interminable!

    Posté par Karine :), 25 octobre 2008 à 03:19
  • Quant à moi, je n'ai pas de méthode définie : parfois la quatrième de couverture si je trouve qu'elle est bien fichue, parfois je reprends tout à zéro, parfois un mixte des deux, cela dépend du bouquin, de mon temps disponible, de la quatrième de couverture...

    En fait, je n'attache pas trop d'importance au résumé d'un livre. Je ne lis d'ailleurs jamais les longs résumés, ils me lassent très vite et je n'ai pas envie de prendre connaissance de tous ces détails avant de l’avoir commencer. Il m'arrive même de lire un livre sans vraiment avoir lu la quatrième de couverture : le thème doit évidemment m'intéresser mais ce qui important avant tout, c'est comment l'a traité l'auteur, et ça, le résumé ne me le dira jamais. Après réflexion, je me rends compte que je vais plus souvent à la rencontre d’un auteur que d’un livre en particulier. Je pars donc souvent à l'aventure en début de lecture, ne sachant pas vraiment où je mets les pieds, histoire de me laisser surprendre un maximum !

    Posté par sentinelle, 25 octobre 2008 à 14:46
  • @Tous

    Eh bien, je ne pensais pas que cette histoire de résumé vous ferait autant réagir et serait un sujet à ce point sensible (n'est-ce pas Thaïs et Fantasio ? En ce qui me concerne je n'ai rien contre les quatrièmes de couvertures, bien au contraire mais je trouve l'idée de Keisha (en faire une sorte de florilège) excellente (promis Keisha, je ne te piquerai pas l'idée). Sinon, merci pour les compliments sur ce billet (moi qui pensais qu'un billet aussi long serait totalement indigeste...) !

    PS : Fantasio, ai-je mal fait ? (la culpabilité me ronge, je me demande maintenant si je ne suis pas allé trop loin dans l'humour et la dérision, c'est bien simple, je n'en dors plus la nuit, comment corriger cela ? modifier l'article ? impossible, les commentaires deviendraient incompréhensibles... ah je sais, je vais encore placer un lien vers son site, ça ne coûte rien et ça va certainement le calmer : http://www.lesitedujour.com/v7/index.php ) ...

    Posté par calepin, 25 octobre 2008 à 16:18
  • @ Thaïs

    Oui, c'est vrai qu'à un moment j'ai bien cru que tu m'accusais de plagier les opinions des lecteurs d'Amazon...
    C'était donc un petit malentendu
    Sans vouloir me justifier, il me semble que mon "univers" comme tu dis est assez large. Ce mois ci par exemple j'ai lu des bouquins d'écrivains allant de Jean Amila à Marcel Pagnol en passant par Dostoïevski ou Jim Harrison. Mais il est vrai aussi que mon goût pour les vieux bouquins de science-fiction ou d'épouvante des années 50 n'est (vraiment) pas partagé par beaucoup !!
    Et, comme un gamin que je suis resté, j'adore les films d'horreurs ! On ne se refait pas ! )))
    @ Calepin : Voila un billet qui suscite un tas de commentaires hein ?

    Posté par Fantasio, 25 octobre 2008 à 16:24
  • Cyber-hasard

    Fantasio, je crois que nous avons rédigé notre commentaire en même temps, et je ne pense pas que tu aies lu le mien... mais ne décelant pas de reproche à mon égard dans ce dernier commentaire, me voilà tout de même rassuré...

    Posté par calepin, 25 octobre 2008 à 16:45
  • @Fantasio

    Quoi qu'il en soit, quatrième de couverture ou pas, j'espère bien que tu n'es pas prêt à abandonner ton blog que j'apprécie beaucoup et qui fait partie de ceux que je préfère sur la toile ! On y trouve de tout pour tous les goûts, et c'est bien ça que je trouve génial

    Posté par sentinelle, 25 octobre 2008 à 17:17

  • Merci Sentinelle.
    En effet Calepin je n'avais pas lu ton commentaire. Franchement je n'étais PAS DU TOUT fâché. Cela m'a fait rire même.
    J'espère que tu vas bien dormir cette nuit !

    Posté par Fantasio, 25 octobre 2008 à 17:52
  • Happy end

    Merci Fantasio pour cet éclaircissement. Me voilà en effet totalement rassuré. Je vois que tu prends tout cela avec beaucoup de sagesse. En plus, avec une lectrice supplémentaire pour ton blog, deux liens pour ton site, et la couche que vient de rajouter Sentinelle, le bilan de cet article est plutôt positif !

    Posté par calepin, 25 octobre 2008 à 18:34
  • Éclaircissement : je n'ai rien contre les quatrièmes de couverture, elles me permettent parfois de choisir un bouquin dont titre et auteurs me sont inconnus, et il m'arrive aussi de les citer dans un article.
    Elles doivent attirer mais éviter des révélations du style : "excellent policier d'Agatha Christie qui renouvelle le genre en faisant du narrateur le meurtrier."

    Posté par keisha, 26 octobre 2008 à 06:57
  • Très intéressant ce billet. Jusqu'à présent je me contentais de mettre la présentation de l'éditeur. c'est vrai que c'est moins fatiguant, lol ! Mais j'ai de plus en plus tendance à commencer mon avis par un bref résumé à ma sauce. Du coup, ça fait double ration (rires).

    Posté par La liseuse, 26 octobre 2008 à 09:54
  • Mais Fantasio pas de problème
    Promis je viendrai te lire plus souvent mais c'est plus fort que moi une couverture évoquant des horreurs (film ou livre) de la Fantasy ou de la science fiction, des guerres et... je zappe. Je sais c'est un peu primaire mais la sélection tient à peu de choses !(y compris au titre)
    Toujours est-il que la 4eme de couverture aide simplement à se faire une idée de l'univers du roman.

    calepin, mon Super Cyber, ce qui est bien c'est que tu as fait réagir plus sur les résumés que sur "ton" livre "la mezzanine" ! l'art de détourner l'attention... Le seul truc qui me ferait le lire c'est le rire que tu évoques !

    Allez les calepinous sentinelle, keisha, la liseuse,Dominique, Karine et fantasio surtout lui (histoire de lever tout malentendu hein !)bon dimanche !

    Posté par Thaïs, 26 octobre 2008 à 11:24
  • Pas si bon ce billet...

    Thaïs, je me demande finalement si un billet sur un roman qui fait réagir autant, mais pas sur le roman, est un si bon billet... mon but était certes d'apporter une touche d'humour, mais pas de détourner à ce point l'attention du bouquin ! La prochaine fois, je ferai un billet super sérieux avec austère résumé maison suivi d'un court avis consensuel, ce sera beaucoup mieux je crois...

    Posté par calepin, 26 octobre 2008 à 13:26
  • Mais nan, c'est sympa les débats !

    Posté par Fantasio, 27 octobre 2008 à 07:04
  • Grain de sel

    J'ai tranché, il n'y a que peu de résumé dans mes posts parce que j'aime bien laisser des surprises au lecteur et que j'ai toujours peur de trop en dire (et aussi parce que parfois j'ai la flemme mais CHTTT)

    Posté par Constance 36, 27 octobre 2008 à 22:54
  • Je viens de finir "la mezzanine" et j'en apprécie d'autant plus ta présentation. Tu en parles très bien car l'exercice est, pour ce livre très difficile.
    Je suis partagée sur ce bouquin : j'ai adoré l'écriture mais il manque un petit quelque chose.

    Posté par Isa, 27 novembre 2008 à 13:59
  • Ah, merci

    A un moment donné, je me suis dit que j'étais fou, refermant le livre, puis je me suis mis en colère contre les éditions Laffont qui racontent en effet n'importe quoi, puis je me suis dit mais qu'est-ce que c'est que ce livre ?

    La colère m'a mené ici, c'est agréable le hasard, je suis certain que Nicholson Baker en ferait dix pages, agrémentées d'au moins quatre notes. ce qui est drôle, c'est qu'en le lisant, j'avais prévu la fugue sur l'art de lire la note de bas de page. C'était téléphoné...

    bref, je retourne relire "V" de Pynchon, l'inanimé y est plus vénéneux et grandiose.

    (merci en tout cas de cette très chouette critique)

    Posté par Dorham, 15 décembre 2008 à 19:38
  • Bravo pour ton article que je trouve très dans l'esprit de "La mezzanine"! Comme je te le disais, je l'ai pris du côté de la critique ironique de notre société mais effectivement il semble que cela soit aussi un incroyable exercice de style de la part de Nicholson Baker. En tout cas, c'est un livre dont on se souviendra.

    Posté par Titine, 29 mai 2009 à 13:48
  • Très inspirant cet article. Je prends ce livre en note, car je me prépare une liste de choix potentiellement intéressant. Ensuite, viendra une seconde sélection. J’ai un projet : monter une bibliothèque très variée et pour tous les goûts... j’ai la famille à combler. Merci d’écrire ce blog.

    Posté par Ecrire un roman, 06 octobre 2011 à 17:47

Poster un commentaire