Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

4 05 janvier 2009

L'automate de Nuremberg - Thomas Day

Contrairement à ce que pourrait laisser penser le pseudonyme de cet auteur de romans de fantasy et de science-fiction, Thomas Day est français (de son vrai nom, Gilles Dumay). Pas de fantasy avec "L'automate de Nuremberg", une nouvelle fantastique publiée en 2006 (ça tombe bien, je ne suis pas un grand fan de magie...). Ce court texte était pour moi une façon prudente de faire connaissance avec cet auteur...

Thomas Day - L'automate de Nuremberg - Couverture

Melchior Hauser est un célèbre automate joueur d'échecs, originaire de Nuremberg, Allemagne. Nous le retrouvons en 1824 à Moscou, à la cour du tsar de Russie, en pleine conquête Naoléonienne. Fuyant Napoléon Ier et ses armées, mais également sur les traces de son créateur (appelé "père" dans la nouvelle), il prend le chemin de l'Allemagne, accompagné d'un fidèle serviteur russe (porté sur la vodka, comme tout bon russe qui se respecte). Les hasards de son périple le feront voyager en Angleterre puis en Afrique où il trouvera sur son chemin l'un de ses deux "frères", Balthazar.  Vous aurez sans doute deviné que le troisième frère s'appelle Kaspar et admiré du coup comme ce blog colle à l'actualité (c'était bien hier  l'Épiphanie ?). Manque de bol pour notre cher automate, ce frère désincarné échappé d'une fiole tel le génie de la lampe d'Alladin, se révèle être un dangereux psychopathe omnipotent...

Cet automate censé jouer aux échecs (je l'écris comme cela parce que ce fainéant joue aux échecs moins de deux pages de la nouvelle) permet à Thomas Day de se lancer dans quelques réflexions (assez simplistes il me semble, la faute au format trop court ?) sur les robots, un thème classique de la littérature de science-fiction...

"Les automates seront les esclaves du siècle prochain, et leur esclavage, aussi, finira par être aboli."

Ce thème des robots glisse doucement vers des questions plus métaphysiques, avec les interrogations existentielles de cet automate en avance sur son temps, un peu trop en avance à mon goût d'ailleurs pour que l'on puisse réellement adhérer à l'histoire (le grand écart science-fiction/époque napoléonienne me semble finalement un peu trop ambitieux).

"Je suis intelligent, à ma façon, comme peut l'être un chien ou un cheval bien dressé, mais ai-je une âme ?"

Quant au frère éthéré, qui se réincarne à volonté dans les corps qui croisent son chemin, c'est pour moi la touche de fantastique de trop dans cette nouvelle correctement écrite et bien documentée, mais qui me laisse finalement assez perplexe...


Commentaires

    Aaaaah les folios 2 €, c'est quand même trop pratique pour découvrir de nouveaux auteurs!

    Je ne connaissais pas du tout Thomas Day...

    Posté par Keltia, 05 janvier 2009 à 15:34
  • j'ai bien aimé lorsque j'avais découvert Thomas Day également par ce volume.

    Posté par Stéphanie, 06 janvier 2009 à 04:23
  • tiens moi qui aime la SF, je n'ai jamais lu cet auteur.je note

    Posté par pom', 09 janvier 2009 à 17:39
  • Je suis en pleine lecture de cette courte oeuvre qui me laisse assez perplexe... Je ne sais pas vraiment. C'est la division du monde entre le Bien et le Mal, entre le gentil et le méchant... J'apprécie moyennement cette oeuvre.

    Posté par Laumey, 13 février 2009 à 14:55

Poster un commentaire