Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

32 23 janvier 2009

Le Joueur d'échecs - Stefan Zweig

Stefan Zweig a écrit "Le joueur d'échecs" en 1941, au Brésil, alors qu'il vient de fuir le régime nazi. Cette nouvelle fait maintenant partie des classiques, elle est lue et relue pour la clarté de son style, la justesse de son analyse et sa composition sans faille.

Le Joueur d'échecs - Stefan Zweig - Couverture

Le récit imbrique deux histoires se déroulant à deux époques différentes. On découvre d'abord un certain Czentovic, champion du monde d'échecs fruste et grossier, que le narrateur rencontre sur le paquebot qui l'emmène vers l'Amérique du sud. C'est pendant la traversée qu'il fait la connaissance de monsieur M, un joueur d'échecs amateur qui va pourtant terrasser le champion du monde. Cet étonnant prodige va raconter au narrateur les circonstances tragiques de son apprentissage des échecs quelques années plus tôt alors qu'il est enfermé par les nazis. Le récit de cet épisode constitue une sorte de "nouvelle dans la nouvelle", une construction rencontrée dans d'autres oeuvres de l'auteur.

Zweig, en "passionné des choses de l'esprit", se penche donc ici sur l'obsession du jeu d'échecs, qu'il appelle aussi dans sa nouvelle, "l'intoxication par le jeu d'échecs". Pour avoir moi-même connu la passion dévorante de ce jeu (il en reste d'ailleurs quelques traces sur ce blog, avec une catégorie livres d'échecs), j'ai relu ce récit avec une réelle curiosité et une attention très portée je l'avoue sur l'aspect échiquéen de l'oeuvre, bien que la nouvelle ne puisse être réduite à ce seul aspect. Zweig explique l'obsession de son personnage pour les échecs par son enfermement et la pression psychologique imposée par ses geôliers, mais les échecs peuvent se révéler si prenants, que je pense que de telles conditions ne sont pas forcément nécessaires pour sombrer dans une dépendance tout aussi maladive...

Zweig décrit avec justesse les tourments intérieurs, l'état d'excitation extrême que peut éveiller une partie d'échecs acharnée. Savez-vous que dans certaines phases cruciales d'une partie d'echecs, la fréquence cardiaque du joueur peut dépasser les 120 pulsations par minutes ? Et pour avoir participé à quelques compétitions d'échecs, les seuls verres d'eau ingurgités par l'un des personnages de la nouvelle, ne suffisent pas pour tenir plusieurs heures de réflexion. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que même aux échecs planent les soupçons de dopage (je me contente d'un café serré et d'un Red Bull...).

Zweig donne également de nombreuses clefs pour expliquer le pouvoir de fascination des échecs. On imagine que lui-même a dû passer de nombreuses heures de réflexion face à l'échiquier, et qu'il s'est laissé prendre au jeu...

Sous ses apparences de jeu pacifique, le jeu d'échecs est un jeu guerrier. La tactique et la stratégie y tiennent une grande place. Combien de soldats sur les champs de batailles se sont vus comparés dans la littérature à des pièces sur un échiquier ? C'est cela aussi les échecs pour Zweig qui observe horrifié son monde rongé par le fléau de la seconde guerre mondiale ; une vision qu'il ne supportera pas, puisqu'il se suicidera avec sa femme peu de temps après avoir écrit ce récit.

Vous trouverez de nombreux commentaires élogieux de cette oeuvre sur la blogosphère, notamment chez Keisha, Lucile, Lilly, Papillon, Amanda, Karine, Jules, etc.

"Le Joueur d'échecs" de Stefan Zweig   J'ai beaucoup aimé
Le livre de poche, 94 pages, 3 €


Commentaires

    C'est sans doute la nouvelle la plus célèbre de Zweig. Et il faut bien dire que ce court récit est un véritable bijou littéraire. Et en le remettant dans son contexte (en pleine deuxième guerre mondiale) le message est très clair.
    "Le Joueur d'échecs" peut être une superbe introduction à l'oeuvre de l'écrivain et donner l'envie de lire son chef d'oeuvre : "La pitié dangereuse" que je considère personnellement comme un sommet de la littérature.
    Mais il est vrai qu'il FAUT lire TOUT Zweig !

    Posté par Fantasio, 24 janvier 2009 à 07:18
  • Et voilà, je lis le commentaire de Fantasio et il a 100% raison ! Je sors de "La confusion des sentiments" ... Quel auteur !

    Posté par keisha, 24 janvier 2009 à 07:31
  • Mais c'est une conspiration ! Après le billet de Lucile, le tien, qui vient me rappeler que je n'ai toujours pas lu cette oeuvre !!!

    Posté par Brize, 24 janvier 2009 à 11:00
  • Je viens également de terminer Le joueur d'échecs ! De Zweig, j'aime particulièrement ses bios de grands personnages, son Marie-Antoinette, lu après avoir vu le film de Sofia Coppola, est un régal...

    Posté par Emma, 24 janvier 2009 à 12:43
  • J'ai beaucoup aimé cete nouvelle!

    Posté par Mimienco, 24 janvier 2009 à 13:08
  • J'aime beaucoup Zweig et pourtant celle-ci est celle qui m'attire le moins à cause justement du thème des ... échecs

    Posté par Manu, 24 janvier 2009 à 15:03
  • Hey! Je viens chercher ton lien pour le remettre dans mon billet! J'en profite pour dire que je suis toujours autant épatée par cette sorte de conscience aiguë que certains auteurs ont pu avoir de leur temps (montée des extrémismes en particulier), que j'avais remarquée chez Kressmann-Taylor et que Fantômette l'avait signalée chez Zweig aussi. Comme elle avait raison! A bientôt!

    Posté par Lucile, 24 janvier 2009 à 15:07
  • J'ai redécouvert cette oeuvre il y a quelques mois et je suis restée agréablement surprise par ce récit. C'est un très bon auteur qui arrive facilement à faire transparaître des émotions. J'ai aimé relire ce livre. Je pense d'ailleurs relire également "24h de la vie d'une femme".

    Posté par Laumey, 24 janvier 2009 à 15:36
  • zweig

    j'ai lu le joueur d'chec + d'une fois fabuleux ainsi que amok 24 h de la vie d'une femme epous touflant c un auteur qui manque maintenan t et en ce qui concerne le jeu d'echecs c vraiment le roi des jeux le seul a exister deouis la nuit des temps lisez zweig vous n'aurez pas depense votre argent pur rien

    Posté par andimar, 24 janvier 2009 à 17:21
  • Ce petit roman est exceptionnel en ce qu'il symbolise ainsi que tu le dis, les tactiques d'une guerre efroyable mais aussi en ce qu'il montre le courage d'un homme qui, au sein du pire, trouve une passion qui le sauve

    Posté par sybilline, 24 janvier 2009 à 17:26
  • J'aime beaucoup cet auteur. Pour info, son dernier récit traduit en français, "Le voyage dans le passé", est très bon également.

    Posté par sentinelle, 24 janvier 2009 à 19:21
  • @ Fantasio, Keisha, Emma, Mimienco, Laumey, Sybilline : vos commentaires confirment le succès sans faille de cet auteur... il faut que j'ajoute un Zweig dans mes prochaines lectures...

    @ Brize : pur hasard ! mais, ça ressemble en effet fort à une conspiration... au fait, tu l'as lu ? )

    @ Manu : si tu es allergique aux échecs, roman à fuir en effet. Zweig n'est pas le seul à avoir traité ce thème, mais il l'a fait avec beaucoup de précision, et pas mal de détails, donc : bonne excuse !

    @ Lucile : sympa d'être venu cherché le lien !

    @ Andimar : merci pour votre commentaire : on sent l'inconditionnel de Zweig ! ps : je crois que votre clavier est un peu fatigué non ?

    @ Sentinelle : je cherchais justement mon prochain Zweig : peut-être celui-là ?

    Posté par calepin, 24 janvier 2009 à 20:45
  • J'ai découvert Zweig avec ce livre... et je suis conquise depuis!!! Quel conteur!

    Posté par Karine :), 24 janvier 2009 à 20:58
  • zweig

    tu as raison karine quel conteur lis vite 24 h de la vie d'une femme et amok quel regal

    Posté par andimar, 24 janvier 2009 à 22:56
  • Je rejoins ce que dit Fantasio.Tout est bien sans Zweig. Et même si on n'y connais rien aux échecs ce livre est un bijou.

    Posté par Thaïs, 25 janvier 2009 à 20:34
  • Je suis encore noué à l'évocation de ce texte de Stephan Zweig que j'ai lu il y a quelques années.

    Le souvenir que j'en ai c'est la construction intérieure du joueur d'échecs qui, si mon souvenir est bon, à utiliser ce jeu comme un élément de survie. Il y a une dimension psychologique, une description d'un mécanisme de survie dans un système carcéral et tortionnaire qui finit par être pathologique (il disjoncte sur la fin...).

    Un très grand texte qui continue de me hanter...

    @+

    Posté par Gangoueus, 27 janvier 2009 à 17:40
  • Superbe, mais comme tout Sweig, n'est-ce pas ? J'ai cependant un faible pour "24 heures de la vie d'une femme"... c'est mon coté romantique...

    Posté par liliba, 30 janvier 2009 à 18:22
  • Zweig est effectivement un merveilleux conteur. Son écriture a un côté profondément humain. Il sait saisir l'essence des personnages de ses fictions ou de ses biographies. Par exemple quelle empathie dans 24 heures de la vie d'une femme...
    Je viens de poster un billet sur sa biographie de Marie-Antoinette par ici http://elzevier.canalblog.com/archives/2009/02/24/12693124.html
    si ça t'intéresse, tu es le-la bienvenu-e

    Posté par Elzevier Panns, 25 février 2009 à 00:46
  • @ Elzevier : c'est "le" bienvenu Je vais aller voir ça...

    Posté par calepin, 25 février 2009 à 09:13
  • Je te conseille vivement "le voyage dans le passé". Un petit bijou

    Posté par anna Blume, 25 février 2009 à 22:28
  • @ Anna Blume : J'ai lu en effet beaucoup de bien du "voyage dans le passé" sur les blogs. Il est sur ma liste !

    Posté par calepin, 26 février 2009 à 08:47
  • Je l'avais lu il y a 20 ans... en v.o. pour mes cours d'allemand... et je crois que jamais cette histoire n'est sortie de moi...

    Et je viens de découvrir avec plaisir (qui n'égal toutefois pas mon souvenir du Joueur d'échec) le voyage dans le passé. Vaut le voyage quoi qu'il en soit.

    Posté par arpenteur, 26 février 2009 à 16:05
  • Bienvenue l'arpenteur ! je viens de faire un petit tour sur ton blog... ta blogroll vaut à elle seule le détour ! mais il me faudra un peu plus de temps pour lire ces trois années de billets...

    Posté par calepin, 26 février 2009 à 22:19
  • Je te conseille aussi 24heures de la vie d'une femme qui est également un très bon livre de cet auteur (je viens de le relire avec autant de plaisir).

    Posté par Laumey, 30 avril 2009 à 16:33
  • Cette nouvelle est excellente, en effet! Et fort prenante.

    Posté par Sourifleur, 17 juin 2009 à 19:34
  • Excellent roman de Zweig. Passionnante et très intelligente: elle fait réfléchir. Vraiment incontournable!

    Posté par Nicolas, 18 juin 2009 à 01:06
  • Il faut lire tout Zweig. Aucun de ses livres n'est déçevant. Il a une très belle écriture et surtout l'art de transmettre les émotions et de faire ressentir. J'aime beaucoup Zweig.

    Posté par BelleSahi, 27 juillet 2009 à 19:24
  • mon livre de chevet

    Son autobiographie " LE MONDE D'HIER " à lire et à faire lire

    Posté par valmont, 02 août 2009 à 19:20
  • Un livre très court que j'avais lu avant de créer mon blog, mais qui fait partie de ceux qui m'ont marquée. Zweig à le don de me faire découvrir des sujets qui à priori ne m'aurait pas attiré, et de me les faire apprécier.
    Chouette billet en tout cas!

    Posté par Lyra Sullyvan, 11 janvier 2010 à 15:53
  • Zweig

    J'ai lu "le joueur d'echecs" et "voyage dans le passé" en allemand et en français. J'ai été très très décu par la version française de ces 2 magnifiques nouvelles.
    Si vous avez l'occassion de les lire en version originale n'hésitez surtout pas, c'est du pur bonheur!!!

    Posté par praline179, 02 avril 2010 à 13:49
  • Pour celui qui a lu tout Zweig !

    J'ai adoré "Le joueur d'échec". C'est absolument bouleversant, et si facile à recommander, il est si court (mais si dense) !

    Si vous avez lu tout Zweig, il ne vous reste plus qu'à tout apprendre sur lui !
    Nous avons fait un conseil de lecture sur une super biographie, extrêmement fournie : http://www.myboox.fr/actualite/zweig-le-destin-d-un-europeen-10961.html

    A offrir ou à s'offrir pour Noël !

    Posté par Thomas MyBOOX, 14 décembre 2011 à 12:49
  • Mouai...

    C'est évidemment bien écrit mais au combien loin de la réalité !
    Du pur délire. Impossible de devenir un champion si on joue seul. Et tous les champions sont des psychopates !

    Ce livre là me semble plus proche d'une certaine réalité !
    http://www.amazon.com/dp/B00AW8CP44

    Posté par zoso, 10 janvier 2013 à 10:23

Poster un commentaire