Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

08 mars 2009

Et le bébé était cuit à point - Mary Dollinger

Sous ce qui est à mon avis l'un des titres les plus moches que je n'ai jamais lu, se cache un tout petit roman finement écrit qui méritait titre plus plaisant. Pour la petite histoire, Mary Dollinger voulait appeler ce récit "Le Chat". Jacques André trouvant ce titre insuffisamment "accrocheur", elle a cherché autre chose...

Et pourtant, force est d'admettre que le titre est justifié par l'histoire, ce qui n'enlève toutefois rien à son mauvais goût (la couverture n'est pas mal non plus). Mais il serait dommage de passer à côté de ce petit livre pour cette seule et finalement bien légère raison, car on y trouve quelques petites pépites d'humour, et un conte certes cruel et un peu court, mais bien tourné. Il y est également question d'un chat, ce qui ne sera pas pour déplaire à certaines d'entre vous... ;)

Et le bébé était cuit à point - Mary Dollinger

Il faut lire également la préface de l'éditeur, d'un enthousiasme débordant pour le livre (c'est le moins que l'on puisse attendre d'un éditeur), mais qui en profite aussi pour glisser une petite réflexion assez édifiante sur le livre papier - qu'il défend avec lyrisme - et électronique - qu'il accueille avec méfiance, c'est le moins que l'on puisse dire... je cite : "Très sournoisement, on a même inventé le Livre électronique, dont la principale vertu est de ne pas conserver le texte qu'il vous délivre." C'est sûr que présenté comme cela...

Pour revenir au "bébé...", ce trop petit livre a été pour moi l'occasion de découvrir Mary Dollinger (façon de parler) et m'a donné envie de profiter de cette belle écriture au travers d'un roman un peu plus copieux...

Merci aux éditions Jacques André, qui m'ont gentiment, et à leurs risques et périls, envoyés ce livre.

"Et le bébé était cuit à point" de Mary Dollinger (2008)  Pas mal
Jacques André éditeur, coll. En attendant le bus, 62 pages, 5 €