Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

24 mars 2009

Monsieur Madone - Maïté Bernard

Monsieur Madone était l'amant de Clémentine. Médecin militaire revenu de la guerre du Golfe, il était atteint d'un cancer qu'il savait incurable et a mis fin à ses jours. Cinq ans après sa mort, après un long intermède comme reporter photo à l'autre bout du monde, Clémentine revient à Versailles, où ils ont vécu, et retrouve la famille de Monsieur Madone. Cinq ans pour enfin accepter sa mort...

Monsieur Madone - Maïté Bernard

"Monsieurs Madone" est le quatrième roman de Maïté Bernard. C'est un roman court, très intimiste (pas trop mon truc ça...), écrit à la première personne. Il parait très autobiographique, mais si l'on en croit l'interview de Maité Bernard sur Bibliosurf, il ne pourrait en avoir que l'apparence, car l'auteur semble se plaire à brouiller les cartes et mener son lecteur en bateau (ce que ledit lecteur accepte avec complaisance : n'est-ce pas cela la lecture après tout...). Roman sur le deuil, le "travail de deuil" (comme la narratrice, je déteste cette expression), le récit, les émotions semblent authentiques et sincères : mission réussie sur ce point pour l'auteur...

Monsieur Madone, c'est Hugo, l'amant de Clémentine. C'est un surnom, un jeu entre les deux amants, mais la narratrice nomme ainsi Hugo tout au long du roman. Un procédé un peu surprenant, car il fait penser à de la retenue, de la pudeur, ce qui ne semble pas vraiment correspondre au personnage, moins pudique lorsqu'elle parle de sexe. Le sexe, qui d'ailleurs tient une place importante dans le roman, pour Clémentine comme pour son entourage, par exemple pour Nicolas, le frère de Hugo : "[...] c'était le sexe, dans ce qu'il peut avoir d'immédiat, incompréhensible et générateur de catastrophes, qui avait réussi, sous les décombres de sa vie après la mort de son frère, à lui rappeler le son unique de ce qu'il était et voulait." 

Pour revenir à l'interview de Bibliosurf, Maïté Bernard y dévoile une partie de ses sources d'inspiration, de sa façon de travailler. On y a un aperçu de sa manière de s'imprégner du travail d'autres auteurs pour en saisir leurs rouages, leur mécanisme, plus ou moins consciemment : "Mais quinze jours plus tard, ces livres continuent à m’obséder, ça me prend la tête, et finalement, je les ai relus, j’ai noté leur plan chapitre par chapitre, et je les ai affichés au-dessus de mon ordinateur". On y apprend également que l'auteur est une amoureuse du style, du son de l'écriture. Un travail du style que l'on ressent assez peu dans "Monsieur Madone", mais il faut dire que le roman est parsemé de dialogues, qui se prêtent peut-être moins à la musique des mots, et de phrases très courtes, qui ne laissent pas vraiment cette musique s'installer.

"Monsieur Madone" est un roman qui nécessite de s'y plonger pleinement, pour ne pas être désarçonné par les réminiscences du passé qui surviennent souvent sans crier gare, et pour se laisser gagner par l'ambiance un peu mélancolique d'un jardin pluvieux, un soir de décembre...

"Monsieur Madone" de Maïté Bernard (2009)
Ed. Le Passage, 14 €

Un roman lu dans le cadre du Prix de la Révélation auFeminin.com.