Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

8 27 avril 2009

La locataire - Hilary Mantel

Colin et Sylvia habitent avec leurs enfants une ancienne maison londonienne chargée d'histoire. Ils ont à leur service depuis peu Lizzie Blank, une femme de ménage un peu excentrique, mais dévouée. Ils ignorent cependant que Lizzie Blank est également connue sous le nom de Muriel Axton, et qu'elle habitait dix ans plus tôt cette même maison, avec sa mère. Ils ignorent également que Muriel Axton est sortie depuis peu d'institution psychiatrique, et qu'elle nourrit à leur égard de bien funestes desseins...

La locataire - Hilary Mantel (Couverture)

Hilary Mantel réussit avec "La locataire" à créer une atmosphère véritablement oppressante, tout en glissant çà et là quelques touches d'humour, noir le plus souvent. Les personnages sont bien campés, surtout celui de Muriel Axton qui fait vraiment frémir. Lorsqu'elle veut nous faire ressentir le fonctionnement chaotique de l'esprit dérangé de Muriel,  Hilary Mantel adapte judicieusement son écriture, qui perd temporairement sa fluidité et devient heurtée, brutale, confuse. Elle parvient également à nous faire hésiter longtemps sur l'attitude à adopter envers ce personnage ambigu - compassion, pitié, méfiance, dégoût, horreur ? - et propose une réflexion sur l'apparence, sur notre manière de juger notre entourage.

Suggérée ou assumée, la violence est l'un des autres thèmes importants de ce roman. Elle en définit d'ailleurs presque à elle seule le genre : on est pas loin du thriller. Peut-être en est-ce un d'ailleurs.

"Il semblait absurde de penser que Florence, avec ses gilets torsadés, puisse avoir une personnalité violente. Mais il savait, pour l'avoir lu dans les journaux, que tout le monde avait ses profondeurs obscures. Il n'y avait pas plus intransigeant, pour parvenir à ses fins, qu'un militant en faveur de la paix. Aux États-Unis, les détracteurs de l'avortement dynamitaient des cliniques."

Autres sujets largement abordés dans le roman : la famille et le couple. L'un comme l'autre sont ici considérés comme un chemin de croix. Les enfants sont tous plus ou moins paumés, et Colin et Sylvia, leurs parents, passent leur temps à sauver les apparences et à recoller les morceaux de leur amour déliquescent :

"Est-il possible, se demandait Colin, que j'aie un jour véritablement aimé Sylvia ? Mon coeur battait-il plus vite à son approche ? Et pas seulement de peur ? Depuis la débâcle survenue dix ans plus tôt, Colin en était venu à se dire que l'amour romantique était un concept fabriqué, une invention du dix-huitième siècle."

Alors, une réussite ce roman ? Pas tout à fait en fait. J'ai vraiment apprécié le style, l'humour, les digressions, cette façon de présenter l'intrigue et les personnages, mais certains passages (les déboires familiaux et conjugaux de Colin et Sylvia notamment) m'ont semblé un peu moins forts, peut-être un peu trop longs, et surtout, la fin est vraiment déconcertante...

Un mot sur la quatrième de couverture  : le roman y est comparé à la série Desperate Housewives... Marketing, bien sûr, mais la comparaison est-elle justifiée ? Oui, par la complexité des personnages et cette façon de jouer avec nos convictions (et nos nerfs). Non, par le nombre de protagonistes (la série met en scène plusieurs familles, la galerie de personnages me semble plus riche) et par le dénouement, un peu moins convaincant.

Hilary Mantel et l'auteure de neuf romans, dont trois traduits en français : "Changement de climat" (1997), "Fludd" (1998) et "C'est tous les jours la fête des mères" (2002). Une auteure assurément douée, à découvrir et à surveiller...

"La locataire" de Hilary Mantel(2009)
Editions Joelle Losfeld, 295 pages, 25 €

Un roman lu dans le cadre du Prix de la Révélation auFeminin.com


Commentaires

    Livre déjà inscrit sur ma LAL : atmosphère oppressante et humour noir, c'est fait pour moi !

    Posté par Ys, 27 avril 2009 à 13:35
  • Très bien, tu pourras me dire alors ce que tu penses de la fin...

    Posté par calepin, 27 avril 2009 à 13:48
  • Bon, eh bien, celui-là ne viendra pas alourdir ma LAL au moins !

    Posté par sybilline, 27 avril 2009 à 13:57
  • Sybilline, j'espère que ce n'est pas uniquement à cause de mes quelques réserves : il ne s'agit que d'un avis, forcément subjectif...

    Posté par calepin, 27 avril 2009 à 15:06
  • C'est ton commentaire chez Jules sur Desperate Housewives qui me mène chez toi. Je note du même coup le livre... et l'adresse de ton blog!

    Posté par Allie, 27 avril 2009 à 15:44
  • Bienvenue Allie, et merci pour ta visite, je note ton blog également !

    Posté par calepin, 27 avril 2009 à 17:02
  • Déjà vu sur un blog, il me tente pas mal !

    Posté par Manu, 28 avril 2009 à 17:43
  • Je note aussi pour continuer ma PAL!

    Posté par Laumey, 28 avril 2009 à 19:12

Poster un commentaire