Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

18 12 novembre 2009

Le chameau sauvage - Philippe Jaenada

chameau_sauvageVous savez qu'un auteur n'est pas maladroit lorsqu'en quelques mots il vous donne cette impression un peu déroutante qu'il lit en vous, mieux que vous ne sauriez le faire. Une sensation que j'ai éprouvée plusieurs fois en lisant "Le chameau sauvage" de Philippe Jaenada, mais curieusement, l'un des déclics les plus évidents ressentis pendant ma lecture n'a pas été forcément à l'avantage de l'auteur.

Ce déclic, je l'ai ressenti à la page 378 de mon édition avec cette phrase : "Je ne comprenais pas - J'avais une impression globale de compréhension." Mais oui, c'est bien ça ! (me dis-je en mon for intérieur). Car cette phrase, tirée des derniers chapitres du roman, correspondait mot pour mot à mon état d'esprit d'alors. Je voyais à peu près où venait en venir Jaenada, en tournant ainsi autour du pot avec ses histoires de 4L Majorette Rouge et de chameaux sauvages, mais non, rien à faire, pas de déclic, pas d'étincelle de compréhension. Et alors que j'étais en train de remettre en cause les fondements même de mon intelligence (certes limitée), je tombai sur cette phrase et tout s'éclaira d'un coup : comment pouvais-je comprendre, puisque l'auteur lui-même ne comprenait pas ce qu'il voulait dire ? J'avais d'une certaine façon la confirmation d'une impression plus prosaïque  : la fin du roman était un peu laborieuse. C'est un peu dommage de finir une lecture sur une note négative, car elle risque de ternir le souvenir que l'on peut en avoir. Jaenada aurait dû commencer par la fin, comme je viens de le faire.

Mais m'appesantir ainsi sur les derniers chapitres n'est  pas rendre justice au roman, bien meilleur que ma laborieuse introduction ne pourrait laisser croire. Alors reprenons tout à zéro : le narrateur de ce récit aux accents surréalistes se nomme Halvard Sanz (déjà, le ton est donné). Particulièrement maladroit et malchanceux, il nous raconte ses aventures, émaillées de gaffes et de rencontres plus ou moins heureuses, le tout agrémenté de moult digressions.

L'écriture de Jaeanda est plaisante, elle fourmille d'inventions, de comparaisons originales, de métaphores joyeuses et d'aphorismes du style : "Ne réfléchissez pas trop, c'est décevant". L'auteur fait un usage immodéré des parenthèses, qu'il se plait à imbriquer (un procédé largement utilisé dans "Les brutes", du même auteur). Le roman est un peu inconstant, mais vraiment marrant. Et Jaenada a du talent pour décrire avec justesse et humour nos hésitations, nos intimes maladresses.

Une des scènes les plus réjouissantes est celle de la garde à vue, dans les première pages du roman : "Je ne sais pas où tous ces films idiots vont chercher les ribambelles de putes pittoresques qu'ils entassent toujours dans les cellules de garde à vue. [...] Le commisaire du coin n'avait pas la sensibilité ni la conscience professionnelle d'un metteur en scène soucieux de réalisme, il n'avait mis là que deux gros type." Puis plus tard : "Mais l'autre, assis à côté, à peine moins gros mais plus en muscles, les mains solidement plaquées sur les genoux, me dévisageait comme s'il tenait enfin le salaud qui à violé sa soeur." Les premiers chapitres sont vraiment marrants, et je me suis surpris plus d'une fois à me bidonner tout seul dans mon coin.

Paradoxalement, certains passages sont toutefois assez sombres, voire tragiques. Comme souvent avec les oeuvres jouant sur le ressort comique, on devine parfois une forme de désespoir en grattant un peu la couche burlesque. D'ailleurs, il me semble que je n'ai jusqu'à présent jamais lu de romans franchement drôles de bout en bout (du genre que l'on pourrait sans crainte conseiller à un dépressif (d'ailleurs, si vous en connaissez (pas des dépressifs, des romans drôles de bout en bout (voyez comme les parenthèses imbriquées améliorent la lisibilité d'un texte)))). Ces romans-là cachent toujours quelques passages d'une grande tristesse, d'autant plus intense qu'elle contraste avec le reste.

Merci à Cécile  et Fantasio, qui m'ont vivement conseillé cette lecture. Vous trouverez d'autres avis, dans l'ensemble plutôt positifs, chez Liliba, qui vient de lire ce roman.

Un livre lu dans le cadre du challenge "Les coups de coeur de la blogosphère" de Théoma (coup de coeur de Cécile).

coups_de_coeur_150px

"Le chameau sauvage" de Philippe Jaenada (1997) Pas mal du tout
J'ai lu, 382 pages, 6.70 €


Commentaires

    Heu... pas trop tentée !

    Posté par Marie, 12 novembre 2009 à 13:34
  • Ce livre m'avait enthousiasmé. C'est une cascade de mots et de situations improbables. On a l'impression que l'auteur n'a repris son souffle qu'après avoir écrit le mot "fin". C'est le genre de livre assez délirant que l'on dévore d'une traite.
    J'ai adoré.

    Posté par Fantasio, 13 novembre 2009 à 07:23
  • A force que Cécile en parle à tout bout de blog , je vais enfin bientôt le lire ...

    Posté par La Pyrénéenne, 13 novembre 2009 à 11:45
  • idem La pyrénéenne ! cette cecile quelle vendeuse

    Posté par Thaïs, 13 novembre 2009 à 21:36
  • Décidément encensé partout, il faut vraiment que je le commande!!!

    Posté par Cynthia, 14 novembre 2009 à 14:13
  • Il est dans ma PAL ... je n'ai aps encore sauté le pas : peut-être quand j'aurai moins de bouquins à lire !

    Posté par Leiloona, 14 novembre 2009 à 14:45
  • Je ne sais pas quoi penser de cet auteur. On en parle partout et pourtant, je n'ai pas envie de le lire. Je n'arrive pas vraiment à saisir de quoi parlent ses bouquins, c'est normal ?

    Posté par Manu, 14 novembre 2009 à 15:20
  • Et bien les avis sont mitigés sur ce livre à ce que je vois!!!!
    Personnellement , je n'aime pas les livres "prises de tête" pour moi lire doit être un plaisir, alors pour ce livre, je ne sais pas trop....

    Posté par Diddy, 14 novembre 2009 à 21:28
  • Diddy, "Le chameau sauvage" est tout sauf un livre "prise de tête". C'est un fabuleux divertissement.

    Posté par Fantasio, 15 novembre 2009 à 08:23
  • Joli billet, et très juste quand tu dis que certains passages sotn assez tristes et plus profonds qu'il n'y parait, mais un peu noyés dans le burlesque.

    Posté par liliba, 15 novembre 2009 à 10:43
  • Prise de tête ?

    Comme le précise Fantasio, "Le chameau sauvage" n'est pas un roman "prise de tête" (à part les dernières pages, peut-être...), c'est plutôt l'inverse ! Et je n'ai pas vraiment l'impression que les avis sur ce roman soient si mitigés : sur les blogs, les critiques me semblent plutôt majoritairement enthousiastes (comme l'a relevé Cynthia). D'un autre côté, il est exact que Cécile est à l'origine d'une certaine distorsion dans la renommée de Jaenada... PS: merci, Liliba

    Posté par Calepin, 15 novembre 2009 à 12:43
  • Je suis dedans actuellement. J'ai beaucoup aimé jusqu'à hier. Il me reste 50 pages et je crains aussi de finir sur une note négative.
    Cependant, le reste était clairement coloré, en relief, désopilant, génial.
    Et j'adore les parenthèse imbriquées ...

    Posté par Reka, 17 novembre 2009 à 14:06
  • une couverture qui déchire!

    Posté par esmeraldae, 23 novembre 2009 à 20:37
  • Une juste mise en lumière

    Mais non, mais non, pas une distorsion. Juste un petit coup de pouce (tout petit) au développement de sa notoriété sur la blogosphère où je confirme que 95 % des avis sur ce livre sont bons voire excellent (je le sais puisque par souci d'équité, j'ai cherché en vain des avis négatifs quand j'ai rédigé ma "preuve par 9 qu'il faut lire Jaenada).

    Heureuse que tu aies aimé en tout cas...

    Posté par Cécile 2 Quoide9, 25 novembre 2009 à 10:24
  • Ayé , je l'ai lu , j'ai aimé ... ton billet est en lien sur le mien d' aujourd'hui !

    Posté par La Pyrénéenne, 25 novembre 2009 à 13:54
  • Reka> J'attends ton billet
    Esmeraldae> Ah oui les couvertures c'est fragile... (désolé, je n'ai pas pu résister)
    Cécile> J'ai fait des recherches dans mon moteur (de recherche, pas de voiture), les avis sont en effet essentiellement positifs sur les blogs...
    La Pyrénéenne> Sympa, je vais lire ton billet !

    Posté par Calepin, 25 novembre 2009 à 22:47
  • Très joli billet en effet ! Je le mets en lien dans les récaps. A force de voir des avis aussi riches, je vais aussi finir par craquer...

    Posté par Theoma, 05 janvier 2010 à 17:54
  • Oh je suis en plein dedans, à peu près à la moitié et j'aime beaucoup, l'écriture, le burlesque qui en même temps cache un peu de souffrance comme tu le soulignes. J'espère que la fin ne me fera pas changé trop d'opinion.

    Posté par Lylou, 01 juin 2010 à 15:43

Poster un commentaire