Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

16 26 février 2010

L'homme qui ne savait pas dire non - Serge Joncour

Peu d'ambiguïté sur le titre : "L'homme qui ne savait pas dire non" est effectivement le récit d'un homme qui ne savait pas dire non, ou plus précisément, pour pinailler un peu, d'un homme qui ne savait plus dire non. Il va chercher à recouvrer cette bien pratique faculté en participant à un atelier d'écriture...

L'homme qui ne savait pas dire non - Serge Joncour

Le roman alterne deux types de chapitres assez différents. Le premier type constitue la trame du récit principal. C'est dans ces chapitres que l'on suit les aventures de cet homme ayant perdu la faculté de prononcer ce fameux non, "ce petit palindrome sec" (bien trouvé ça). Ces chapitres virent à la longue à l'exercice de style un peu agaçant et artificiel, mais sont tout de même très fins, et souvent cocasses. Les clins d'oeil à notre manie des statistiques sont bien vus, il y a de bonnes idées, dont ce QCU, le Questionnaire à Choix Unique, inventé par le personnage principal, Grégoire Beaujour, qui travaille dans un institut de sondage malicieusement nommé "Opinion Factory"...

Les autres chapitres, intitulés "Broderies", écrits en italique, sont un peu moins rigolos, plus difficiles d'accès, mais plus intéressants. L'auteur s'y livre à un exercice de réflexion plus sérieux. Certains passages sur les promesses non tenues du progrès sont particulièrement réussis :

"Mais bon, d'ici là, tout allait bien se passer, l'amiante était heureux et la dioxine inconnue, les fumées de tabac donnaient une odeur qu'on ne détestait pas, môme on respirait les odeurs d'essence comme un éther prometteur, le progrès ne nous voulait aucun mal, loin de nous l'idée de refuser, et parmi toutes ces merveilles qu'on allait voir au Salon de l'auto et des arts ménagers, il ne serait venu à personne l'idée de dire non à quoi que ce soit." (p.159)

Le chapitre dont j'ai tiré cet extrait est très bon. J'aurais bien tout copié, mais je ne voudrais pas abuser. Plus tard dans le roman, on peut lire également, toujours sur le même thème :

"Et puis le prix du pétrole s'est mis à flamber, comme un gâteau d'anniversaire qui prendrait feu." (p.240)

Il me semble que ces réflexions un peu désenchantées trouveront plus d'écho chez les plus de 35 ans ("L'homme qui ne savait pas dire non" est-t-il un roman de la Génération X ? (pour info, Serge Joncour est né en 1961)).

Pour conclure (un peu brutalement, mais j'ai lu ce roman il y a plusieurs semaines maintenant, et mes souvenirs sont moins précis ; à ce propos, je suis de l'avis de Cécile, qui pense que les pages écrites en italique mériteraient à elles seules une relecture) : un roman très bien écrit, très fin, souvent comique, mais non exempt de défauts et de quelques longueurs, avec un côté exercice de style un peu pesant à la longue ; peut-être une déformation professionnelle d'un participant régulier à l'émission de jeux littéraires de France Culture, "Des papous dans la tête"...

"L'homme qui ne savait pas dire non" de Serge Joncour (2009) Pas mal du tout
Flammarion, 296 pages, 19 €


Commentaires

    TU N'Y ES POUR RIEN...

    ... mais, quand, dans un ouvrage, je vois de longs passages écrits en italique, je ferme le livre et le remets en rayon.
    Ce changement de typographie casse mon enchantement de lectrice (j'ai même tendance à "sauter" les pages écrites en italique
    Donc... je serai "la femme qui saura dire non" à ce roman !

    Posté par TINUSIA, 26 février 2010 à 14:06
  • Joli et juste ce que vient d'écrire Tinusia! Je n'aime pas beaucoup non plus les lignes en italique!
    Ceci dit, tu lui as quand même mis 4/5 étoiles! Ce n'est pas si mal! Alors oui, peut-être, pour les "Broderies" surtout!

    Posté par mango, 26 février 2010 à 15:39
  • De l'importance de la typographie

    Tinusia> Sans bloquer autant que toi sur les textes en italique, j'avoue que plus ou moins inconsciemment, j'ai tendance à leur accorder un peu moins d'importance que le reste du texte... Quand je considère ta réaction, ainsi que celle de Mango, et ma réaction de départ, je me demande maintenant si ce choix de l'italique dans ce roman était une très bonne idée, car ces chapitres ne méritent pas un tel traitement !

    Mango> Pour les étoiles, je t'avoue avoir un peu hésité entre 3 et 4 étoiles (je n'ai pas de demi-étoiles)... J'ai finalement privilégié la qualité de l'écriture et l'invention (deux paramètres auquels je suis plutôt sensible) qui justifient à mes yeux ces quatre étoiles...

    Posté par Calepin, 26 février 2010 à 16:03
  • Pas encore découvert cet auteur mais beaucoup entendu parlé.

    Posté par alain, 26 février 2010 à 20:50
  • De lui, j'ai lu " UV", sans doute son premier roman?, publié au Dilettante. Je l'avais bien apprécié. " UV "n'est pas du tout un exercice de style, c'est récit tragique, avec un côté psychologique, et une trame un peu policière.

    Posté par Dominique, 27 février 2010 à 10:46
  • Alain> c'est vrai que l'on en entend beaucoup parler, mais je n'ai en effet pas trouvé des tonnes de billets le concernant sur la blogosphère...

    Dominique> Ton commentaire confirme les propos de Serge Joncour lui-même, qui se reproche un peu de changer assez radicalement de ton à chaque ouveau roman... Source : cette vidéo : http://www.dailymotion.com/video/x3l79n_serge-joncour-1_creation

    Posté par Calepin, 01 mars 2010 à 09:15
  • En lisant ta critique, je me disais à chaque idée nouvelle « je suis d’accord, je suis d’accord », (y compris à propos du chapitre préféré qui a lui seul justifie la lecture du roman) et je suis ravie de constater que tu arrives à la même conclusion en citant mon propre message concernant ce roman inégal entre exercice de style frôlant la naïveté parfois (sur le fond et la forme) et réussite totale de chapitres en italique d’une grande beauté (nostalgiques et générationnels certes) qui, publiés seuls, auraient pu constituer un chef d’oeuvre.

    @ Tinusia et mango : vraiment dommage car dans ce roman, ces chapitres en italique sont sublimes.

    Posté par Cécile 2 Quoide9, 04 mars 2010 à 01:02
  • tiens

    ça me donne l'idée d'une nouvelle rubrique bloggesque

    Posté par Cécile 2 Quoide9, 04 mars 2010 à 01:02
  • Mais pas écrit en italique le chef d'oeuvre

    Cécile> Content de t'avoir inspiré une nouvelle rubrique bloggesque, mais tu nous laisses un peu sur notre faim là...

    Posté par Calepin, 04 mars 2010 à 13:40
  • suspens

    exprès

    Posté par Cécile 2 Quoide9, 04 mars 2010 à 14:17
  • en tous cas le titre me plait... quelle femme ne serait pas séduire par un homme qui dit oui à tout héhé

    Posté par Anneso, 05 mars 2010 à 13:57
  • homme qui dit oui à tout

    @ Anneso : quesque ça doit être barbant !!! ;o)
    @ Mister Calepin : fin du suspens "nouvelle rubrique" dimanche après-midi

    Posté par Cécile 2 Quoide9, 05 mars 2010 à 17:03
  • J'ai prévu de le lire... un de ces jours !

    Posté par liliba, 07 mars 2010 à 16:41
  • Oui, mais...

    Anneso> mais s'il dit oui à tout et à tout le monde, elle peut raisonnablement s'inquiéter...

    Liliba> avec la pression que doit te mettre Cécile, je suis étonné que tu ne l'aies pas encore lu...

    Posté par Calepin, 08 mars 2010 à 12:34
  • Pression

    Je ne mettrais pas la pression sur "ce" Joncour... en revanche, sur "Combien de fois je t'aime" oui... d'ailleurs je t'ordonne également de le lire !!! et toc !

    Posté par Cécile 2 Quoide9, 08 mars 2010 à 13:25
  • Tiens, j'ai ce livre dans ma pal et je me demandais si j'allais le lire...
    hum, ta chronique est assez mitigée, je crois qu'il attendra!

    Posté par sébastien L, 10 mai 2010 à 22:47

Poster un commentaire