Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

32 05 septembre 2010

Nagasaki - Éric Faye

Nagasaki - Eric FayePour commencer cette petite série de billets consacrés à quelques romans de la rentrée littéraire (je dois en avoir lu 1%...), j'ai choisi de vous présenter "Nagasaki", de Éric Faye.

Je constate cependant qu'il est difficile de parler de ce roman sans en dévoiler une partie du mystère. Si vous avez l'intention de le lire, vous pouvez passer les lignes grisées du présent billet, qui pourraient ternir l'effet de surprise (d'un autre côté, ce n'est pas un polar non plus : le roman ne saurait se résumer à ce mystère tout relatif...).

L'histoire de "Nagasaki" est inspirée de faits réels. Au Japon (d'accord, vous vous en doutiez un peu), un célibataire d'une cinquantaine d'années découvre qu'une femme a vécu chez lui pendant plus d'un an, à son insu. Quelle ironie tout de même, ce célibataire que l'on imagine chercher secrètement l'âme soeur, qui partage sans le savoir son domicile avec une femme de son âge, célibataire elle aussi...

Un fait divers étonnant et un bon point de départ pour une réflexion sur la solitude et la remise en question de la notion de chez-soi. C'est aussi un roman sur les racines, dont l'importance pour l'auteur semble évidente (pour l'anecdote, j'ai lu dans la foulée "L'orfelin" d'Alexandre Lacroix, qui défend grosso modo l'idée contraire...).

"On dit de certaines tortues de mer qu'elles reviennent mourir sur la plage où elles sont nées. On dit des saumons qu''ils quittent la mer et remontent pour frayer dans la rivière où ils on grandi. Le vivant est gouverné par de tels protocoles. Après avoir achevé un vaste cycle de mon existence, je regagnais l'un de mes plus anciens biotopes." (p.105)

"Nagasaki", c'est aussi une réflexion censée sur l'individualisme et son corollaire : la solitude...

"Que signifie encore ce nous qui revient à tire-larigot dans les conversations ? Le nous meurt. Au lieu de se regrouper autour d'un feu, les je s'isolent, s'épient. Chacun croit s'en sortir mieux que le voisin et cela, aussi, c'est probablement la fin de l'homme." (p.73)

Tout cela est servi par une écriture minutieuse, précise et soignée. Bref, si vous ne savez pas quoi lire en ce moment, voici un petit roman à ne pas manquer...

"Nagasaki" de Éric Faye (2010) Pas mal du tout
Stock, 108 pages, 13 €


Commentaires

    Ah ben moi je suis totalement passée à côté de cette histoire... m'a fait ni chaud ni froid.

    Posté par BlueGrey, 05 septembre 2010 à 11:57
  • BlueGrey> Ah mince. Je trouvais pourtant l'idée de départ originale... Simple curiosité : es-tu restée aussi insensible à l'écriture du monsieur ?

    Posté par calepin, 05 septembre 2010 à 21:12
  • Ben le style ne m'a pas convaincu non plus, trop décousu : parfois léger, style épure japonaise (et ça j'aime !), parfois plein de lourdeur...

    Posté par BlueGrey, 05 septembre 2010 à 22:36
  • BlueGrey> Curieux. Je n'ai pas ressenti cette lourdeur...

    Posté par calepin, 06 septembre 2010 à 08:52
  • Il y a quelques tournures et marques d'oralités pas très jolies à mon goût, par exemple "baste", "après deux heures à mâcher les toujours mêmes dépits"... et d'autres que je n'ai pas systématiquement relevées...

    Posté par BlueGrey, 06 septembre 2010 à 09:11
  • Et concernant l'histoire, j'ai bien aimé l'idée de départ, j'ai aussi trouvé intéressant que l'auteur ait choisi de ne pas traiter cette histoire sous l'angle fantastique (puisque le mystère des disparitions de vivres et des déplacements d'objets est levé dès les premières pages) mais plutôt sous l'angle psychologique. Malheureusement j'ai trouvé que justement son traitement de la psychologie des personnages restait très superficiel.
    (Désolée, je squatte tes commentaires, mais je trouve intéressant de confronter ainsi nos avis très divergents !)

    Posté par BlueGrey, 06 septembre 2010 à 09:22
  • De mon côté, j'ai beaucoup aimé, et l'histoire, et son traitement, et le style. Je ne suis pas sûre que c'est l'angle psychologique qu'il voulait mettre en avant. En tout cas pas en profondeur, sinon il aurait fallu bien plus de 100 pages pour ce roman. Ce qui m'a plu, c'est justement le traitement de cette histoire sur si peu de pages. J'ai trouvé que tout avait été dit, exprimé, expliqué et cela sans détours inutiles...

    Posté par Tulisquoi, 06 septembre 2010 à 11:16
  • BlueGrey> Forcément, en 110 pages, le traitement de la psychologie peut paraître un peu superficiel... En fait, il me semble que nos avis ne sont pas si divergents : tu ne démontes pas totalement le style (je prends "épure japonaise" comme un compliment) et le sujet ne t'as pas laissée indifférente : j'ai déjà vu des divergences d'opinion plus prononcées en ces lieux! (et pas de problème pour le squat de commentaires : c'est toujours un plaisir d'échanger ses points de vues sur un bouquin)

    Posté par calepin, 06 septembre 2010 à 11:16
  • Sauf qu'une fois le livre refermé, j'en ai eu un ressenti plutôt négatif et toi plutôt positif... même sil est vrai que finalement nos avis convergent en partie !

    Posté par BlueGrey, 06 septembre 2010 à 19:59
  • tu as été tiré au hasard par ta blogoroulette pour ma lecture du matin, pendant le café Annecdote mise à part, je suis assez fascinée par les romans autour de l'histoire japonaise, et j'aime aussi la reflexion sur les racines. Pour ma part, je n'ai pas encore décidé si je retournerais à mes racines ou non... réponse dans quelques années (décennies?) !

    Posté par La Nymphette, 08 septembre 2010 à 10:15
  • LaNymphette> Tiens?! Tu utilises ma blogroulette !? ça fait plaisir ça...

    Posté par calepin, 08 septembre 2010 à 22:03
  • ben vi! Ca me permet de décourvrir de nouveaux blogs et comme ça ma liste de favoris tient dans une page

    Posté par La Nymphette, 10 septembre 2010 à 18:23
  • Il me tenterait bien ce bouquin. C'est marrant le nom de l'auteur me dit quelque chose mais je n'arrive à retrouver un livre de lui que j'aurais lu. En tout cas, je note...

    Posté par Fantasio, 15 septembre 2010 à 07:20
  • Pourquoi pas ? Peut-être que ce livre aura la bonne idée de s'inviter à la bibliothèque...

    Posté par Marie, 15 septembre 2010 à 16:48
  • Je vais attendre qu'il paraisse en poche. En attendant, je viens de commander de cet écrivain : "Je suis le gardien du phare" qui a l'air très bien aussi.

    Posté par Fantasio, 19 septembre 2010 à 10:59
  • Déjà à l'étude en lycée !!!

    Pour ma part, je choisis de faire étudier ce roman à mon groupe d'élèves de Seconde, dans le cadre de l'option "Littérature et société". Le module que je travaille porte sur les liens entre faits divers et inspiration littéraire, et avant d'arriver aux faits divers qui ont inspiré Madame Bovary et Le Rouget et le noir, je trouve que le roman d'Éric Faye constitue une excellent entrée en matière : son ancrage dans la réalité socio-historique permet de riches exploitations, de même que son écriture, qui mêle les points de vue. Le livre étant vite lu, j'en fais passer deux exemplaires entre tous les élèves (il est trop cher pour qu'ils l'achètent, mais ainsi, ils auront en main une première édition, ce qui est aussi une expérience pour eux).
    Il n'est pas exclu qu'ils découvrent ce blog à l'occasion de recherches qu'ils entreprendront

    Posté par Carolia, 30 septembre 2010 à 06:34
  • Fantasio> "Je suis le guardien du phare" est un recueil de récits fantastiques : or, contrairement à ce que l'on pourrait penser en lisant les premières pages de Nagasaki : point de fantastique dans celui-ci... ps:tu veux que je supprime ton commentaire comprenant l'ignoble faute de grammaire ?

    Marie> Il ne faut pas hésiter à suggérer les nouveautés aux bibliothèques...

    Carolia> Ton commentaire montre bien la richesse de ce petit livre. Salutation à tes élèves s'ils passent par ici

    Posté par calepin, 01 octobre 2010 à 09:14
  • Voilà un roman qui pourrait bien plaire à mon épouse, voire à moi même. Merci pour cette présentation.

    Posté par David Mourey, 02 octobre 2010 à 21:32
  • Eh bien voilà, vous avez tous réussi, dés sa sortie en poche il sera sur mon étagère. En atendant, je vais faire comme Fantasio et aller regarder à la bibliothèque !

    Posté par Philo, 06 octobre 2010 à 22:40
  • Rien vu à la bibli, j'ai finalement commndé " La durée d'une vie sans toi"

    Posté par Philo, 08 octobre 2010 à 19:25
  • je l'ai bien aimé ce petit roman court, épuré et concis. C'est un bon moment de lecture, agréable et surprenant

    Posté par bénédicte, 20 octobre 2010 à 11:18
  • Je viens de découvrir ton blogue.
    Je le trouve très intéressant.
    Je m'abonne !
    Amicalement !

    Posté par Richard, 23 octobre 2010 à 12:54
  • Philo> Je n'ai pas trouvé ce livre sur ton blog : toujours pas lu ?

    Bénédicte> On est d'accord.

    Rcihard> Merci. J'en fais de même pour ton blog, dont je reviens! A bientôt.

    Posté par calepin, 24 octobre 2010 à 15:13
  • Merci pour le conseil

    Ce n'est pas trop mon style delecture, mais pourquoi pas ? Et puis cela pourrait plaire à des proches ...

    Posté par David Mourey, 30 octobre 2010 à 08:36
  • Hum... je ne sais vraiment pas si je vais le lire... j'en entends parler depuis un moment, mais malgré le prix de l'académie fr, je vais sûrement passer mon tour !
    belles lectures
    ps: l'interview des bloggeurs est en ligne sur LeGlobeLecteur

    Posté par sébastien L, 03 novembre 2010 à 09:03
  • J'attends qu'il soit à la biblio..

    Posté par clara, 03 novembre 2010 à 11:53
  • Bonjour, j'ai en effet appris que ce livre avait reçu le grand prix de l'académie française, c'est un gage de qualité. Je le note. Sinon, Calepin, j'espère que tout va bien. 2 mois de silence, c'est long. Bonne journée.

    Posté par dasola, 04 novembre 2010 à 16:09
  • Eh non, toujours pas lu ! Mais, ça va venir : j'ai une Pal à faire peur ! Dis donc, tu sembles porté disparu. J'espère que tu ne feras pas parti dans un avenir proche de ceux qui abandonne la blogosphère !
    Amitiés.

    Posté par Philo, 07 novembre 2010 à 17:51
  • j'ai beaucoup hésité avant de l'acheter mais en réalité je ne regrette rien !!!!!

    Posté par animalerie, 13 novembre 2010 à 18:08
  • Super

    Toi qui aime les livres, je t'invite au swap "Un inconnu vous offre un livre" ici
    http://sirpriz.com/swap-766.html

    Le 5 janvier tu connaîtras le nom de celui à qui tu devras envoyer un livre et de qui tu vas en recevoir un.

    Nous sommes déjà 18 inscrits ! A bientôt ! Isa

    Posté par Isa, 19 novembre 2010 à 17:13
  • Sympa de nous prévenir pour qu'on garde l'effet de surprise!! Du coup, ça donne encore plus envie de le lire

    Posté par Marine Rose, 23 novembre 2010 à 23:13
  • La publicité du livre m'a donné envie de le lire, je l'ai lu d'une traite. Je connais un peu le Japon et j'ai adoré la façon dont Eric Faye montre (décrit sans expliquer, d'où la subtilité) toute la constance et le formalisme du Japon (les habitudes qui rythment le quotidien, la vie), la lourdeur du sentiment d'impuissance et d'inutilité, il amène à se poser des questions essentielles : cette femme qui apparaît au début comme un parasite oblige le héros à remettre en question toute la finalité de son propre univers jusqu'ici si rassurant et formaté. Eric Faye effleure discrètement toutes les questions liées à l'individualisme. Pour plus de profondeur sur la question je vous conseille vivement les oeuvres de Keiichiro Hirano, qui elles traitent de la nature humaine dans la société actuelle sous un angle plus philosophique.

    Posté par kh, 19 décembre 2010 à 00:23

Poster un commentaire