Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

8 17 avril 2009

Mausolée - Rouja Lazarova

Milena est Bulgare. Elle a 20 ans à la chute du régime communiste, en 1989. Elle a connu cette période sombre de la Bulgarie, avec ses peurs, ses absurdités, mais dans une version plus édulcorée que celle qu'ont connue ses parents et grands-parents.

"J'aurais voulu vivre ce régime comme ma mère, entièrement, jusqu'au moindre rouage, jusqu'à la moindre nuance du dégoût et de la peur, jusqu'à son plus odieux mensonge et sa plus misérable bassesse."

Alors, elle retrace l'histoire de sa famille. Trois générations de 1944 à nos jours. Un demi-siècle de communisme. Et Milena s'aperçoit à quel point il est difficile d'écrire l'histoire du communisme...

Mausolée - Rouja Lazarova

"Mausolée" est à la fois une passionnante leçon d'histoire sur la Bulgarie et un témoignage d'amour sensible d'un enfant envers ses parents.

La première partie du roman, la plus importante, couvre la période de 1944 à 1989 et correspond à l'ère communiste. C'est d'abord une période de violence et de règlements de compte arbitraires, puis une ère de peurs et de frustrations. Avec les années, on ressent le délitement progressif du régime, l'étau qui se déssère, mais la prudence demeure. On se méfie de tous et de tout, jusqu'au téléphone, "cheval de Troie du socialisme". La paranoïa est généralisée, mais c'est une forme de survie, car ils (l'auteure emploie systématiquement cet italique pour désigner les membres du parti) peuvent frapper à tout moment : "La vraie terreur frappe arbitrairement".

C'est une ère absurde de bureaucratie ubuesque, de temps perdu : "Se résigner au travail futile était une des conditions de survie de l'homme socialiste". Pendant cette période, la famille de Milena, en "funambule du socialisme" survit, entre rébellion discrète et soumission. Le mélange de haine et d'ironie qu'inspire cette époque à la narratrice se ressent jusque dans l'écriture :  "Dans les années soixante, les choses changent imperceptiblement. [...] Ça commence à déconner."

La dernière partie du roman, plus courte, correspond à l'après-communisme, aux années 90. C'est  l'apprentissage laborieux de la liberté, mais aussi le temps des désillusions, avec l'avènement des mafias et de l'argent-roi. C'est une partie un peu plus confuse, à l'image de la période.

"Mausolée" est un roman vraiment intéressant,  bien écrit, bien construit, sensible, bref, une vraie réussite.

"Mausolée" de Rouja Lazarova (2009)
Flammarion, 331 pages,19 €

Un roman lu dans le cadre du Prix de la Révélation auFeminin.com


Commentaires

    Intéressant, fond d'histoire que je connais mal, avec la vie d'une famille sur plusieurs générations, j'aime bien et je note !

    Posté par Aude Nectar, 17 avril 2009 à 12:31
  • Tu ne devrais pas être déçue, le roman mérite d'être lu, ne serait-ce que pour son aspect historique...

    Posté par calepin, 17 avril 2009 à 12:37
  • Je note aussi car je connais mal l'histoire de la Bulgarie communiste. L'auteure paraît agréable à lire. Merci de ton avis, avisé!

    Posté par Laumey, 17 avril 2009 à 13:02
  • Y a-t-il une trame autobiographique ou biographique derrière tout cela ? Ca me paraît très intéressant.

    Posté par Neph, 17 avril 2009 à 18:27
  • Le roman semble assez largement autobiographique, mais j'avoue ne pas m'être encore documenté à ce sujet...

    Posté par calepin, 17 avril 2009 à 21:20
  • Après le beau billet de Clarabel, je le note. Une belle découverte pour ce prix.

    Posté par Leiloona, 18 avril 2009 à 09:47
  • Leiloona, lorsque tu écris "prix", tu penses bien "prix littéraire" ? parce que sinon, les 19 euros demandés par Flammarion valent au minimum une belle découverte !

    Posté par calepin, 18 avril 2009 à 16:10
  • Ton commentaire me donne bien envie de le lire. Je l'ajoute à ma PAL.

    Posté par Anna Blume, 18 avril 2009 à 19:01

Poster un commentaire