Romans et Lectures - Blog de lecture

Chroniques littéraires, commentaires, critiques et fiches de lectures : bienvenue sur le blog de lecture de Calepin.

19 15 juillet 2008

Une relation dangereuse - Douglas Kennedy

Sally Goodchild est une journaliste américaine, correspondante à l'étranger pour le Boston Post. Elle couvre les conflits aux quatre coins de la planète. C'est au cours d'un reportage en Somalie qu'elle fait la connaissance de Tony Hobbs, un anglais lui-même reporter pour le Chronicle. Et ce qui devait arriver arrive : ils tombent amoureux...

51A8NCR31NL__SL500_AA240_

Contrairement à ce que vous pourriez penser, ces quelques lignes abruptes ne résument que les 30 premières pages de ce bouquin qui en compte un peu plus de 400. Autant dire que l'on ne perd pas de temps en roucoulades romantiques chez les reporters de guerre... D'ailleurs, l'auteur se sent obligé de s'excuser auprès de son lecteur, par la voix de son héroïne : "Si ce n'était pas donner dans les clichés de la parfaite histoire d'amour, je dirais qu'à partir de ce moment-là nous sommes devenus inséparables..."

Et sur ce même rythme effréné, Sally tombe enceinte, se marie, quitte Le Caire pour s'installer dans une maison d'un quartier chic de Londres... et on n'a pas encore lu 60 pages.

Alors on se dit qu'il va y avoir de l'action, que Douglas Kennedy est un écrivain hyperactif et que ce roman va être épuisant, car il va nous tenir en haleine jusqu'à l'aube...

Hélas, le soufflet retombe avec l'accouchement laborieux de Sally et surtout sa grosse déprime postnatale. Car Sally doit suivre un traitement à base de tranquillisants et d'antidépresseurs, et non contents d'endormir notre pauvre Sally, ils semblent avoir également un effet soporifique sur le lecteur, à moins que ce ne soit sur l'auteur lui-même...

L'analyse des différences culturelles entre anglais et américains (un peu caricaturale) et l'espoir d'être réveillé par un rebondissement de dernière minute nous font cependant tenir. Et il est vrai que le dernier tiers du roman finit par nous tirer de notre torpeur, suffisamment pour le lire d'un trait (ou d'une traite, je ne sais jamais), mais sans nous offrir ce magnifique dénouement que nous aurions bien mérité pour notre persévérance...

Pour tempérer mon propos, il faut cependant dire que j'enchaîne par un malheureux concours de circonstances les livres traitant de la dépression (Face aux ténèbres, Le goût de la mère et maintenant Une relation dangereuse) et qu'il y a peut-être aussi une forme de saturation de ma part...

Bref, Une relation dangereuse est ma première rencontre avec Kennedy et vous aurez compris que je suis quelque peu resté sur ma faim. Si j'osais, je dirais que la montagne accouche d'une souris...

PS : je me permets de déconseiller ce livre aux femmes enceintes, et je ne lèverai l'interdiction qu'à partir du 6ème mois après l'accouchement... :)


Commentaires

    Je ne connais pas ce livre. Par contre du même auteur, j'ai beaucoup aimé, comme tout le monde, "Cul-de-sac", thriller très prenant, mais aussi "L'homme qui voulait vivre sa vie" très chouette polar à la fin étonnante.

    Posté par Fantasio, 16 juillet 2008 à 07:03
  • Je n'ai lu qu'un Douglas Kennedy, le fameux Cul de sac qui malgré une fin un peu bâclée m'avait enchantée...
    Bon je ne continuerai pas avec celui là...
    Merci de ton billet au ton réjouissant qui ne m'a pas poussé à la dépression, loin de là...

    Posté par Constance 36, 16 juillet 2008 à 20:51
  • J'avoue, je ne suis pas trop tentée par cet auteur. Contrairement à Fantasio, je n'ai que très peu de souvenirs du roman "L'homme qui voulait vivre sa vie", plaisant au moment de ma lecture mais vite oublié quelques temps après. J'ai préféré "Les charmes discrets de la vie conjugale", mais à nouveau, il a laissé peu d'empreintes à mon esprit. Manque de consistance et de profondeur ou début d'alzeimer ? J'ai une préférence pour la première option
    Disons que je ne le place pas dans ma liste des auteurs incontournables...

    Ce n'est pas tout ça mais un grand bravo à Calepin pour nous avoir concocté ce joli billet (il faut absolument l'encourager, il en a besoin pour rester motiver)

    Posté par sentinelle, 16 juillet 2008 à 21:45
  • J'avais peur de m'être montré un peu dur avec Doug, mais vos commentaires ("cul de sac à la fin baclée", "manque de consistance"...) confortent un peu mon opinion. J'essaierai peut-être "cul-de-sac" à l'occasion comme bouquin de vacances si Fantasio le recommande...

    ps : Merci pour tes encouragements Sentinelle (en fait plus que de motivation c'est d'un peu plus de temps dont j'aurai besoin en ce moment...quand je ne suis pas au boulot, je fais des travaux dans ma charmante demeure - béton, crépi, le bonheur - à tel point que je me demande si je ne ferais pas mieux de tenir un blog de bricolage... )

    Posté par calepin, 16 juillet 2008 à 22:34
  • Mais je n'ai pas affirmé que Douglas Kennedy était un auteur incontournable hein ?
    "Cul de sac" est un bon thriller quand à "L'homme qui voulait vivre sa vie" si j'ai bien aimé, je ne le considère pas comme un chef d'oeuvre pour autant. Disons que je garde un oeil sur cet écrivain car à mon avis il peut peut-être nous pondre un très bon roman. En fait j'aime assez son style( sur deux bouquins.)
    Je bricole aussi dans ma salle de bain en ce moment. J'ai mal au dos !
    ))

    Posté par Fantasio, 17 juillet 2008 à 06:59
  • Aaah le charme des blogs de lecture de mecs : entre deux lectures, on y parle carrelage et mortier...

    Posté par calepin, 17 juillet 2008 à 08:58
  • Je suis d'accord pour la fin bâclée mais j'ai beaucoup aimé "cul-de-sac" tout de même.
    (j'ai bien fait d'intervenir tient avec ce commentaire si développé!)

    Posté par Julie C., 17 juillet 2008 à 16:24
  • Ah mais je n'ai jamais dit que tu avais dit que Douglas Kennedy était un auteur incontournable Fantasio

    Zut, pas de bricolage en ce qui me concerne. Enfin bon, je ne suis pas un mec non plus, ceci expliquant peut-être cela ? Disons que j'ai toujours de très bonnes idées et que je laisse le soin à mon monsieur de les mettre en pratique. J'entends déjà le commentaire qui suit : "Ah ces femmes" LOL

    Posté par sentinelle, 17 juillet 2008 à 19:04
  • @julie : ce n'est pas developpé mais l'essentiel est là : 3 avis donnant une fin baclée pour "cul-de-sac", ça commence à être significatif... (et vous n'êtes pas venue pour rien, j'ai rajouté votre joli blog dans ma liste...)

    je ne réponds pas à sentinelle car elle l'a déjà fait pour moi...

    Posté par calepin, 17 juillet 2008 à 23:47
  • J'ai découvert cet auteur par Cul-de-Sac. Et j'avais passé un très bon moment de lecture complètement dépaysé dans ce désert australien...

    Les commentaires sur ses autres ouvrages ne m'encourage guère - pour le moment - à poursuivre l'exploration de l'univers de ce Kennedy...

    @ +

    Posté par Gangoueus, 18 juillet 2008 à 01:19
  • Bon, je sais ce qu'il me reste à faire : lundi, direction librairie et vous aurez bientôt droit à un billet sur "Cul-de-sac"...

    Posté par calepin, 20 juillet 2008 à 15:11
  • Il est mon préféré de Douglas Kennedy

    Posté par pom', 20 juillet 2008 à 18:05
  • On aurait bientôt droit à un billet dit-il... ah ça, on aimerait bien y croire, c'est certain

    Le cul-de-sac me tente aussi, je n'en ai entendu que du bien... un jour peut-être !

    Posté par sentinelle, 20 juillet 2008 à 23:36
  • Pom conforte ma décision...

    Sentinelle, je sens comme une certaine ironie... mais on ne revient pas tous de vacances avec des dizaines de billets passionnants dans les valises...

    Posté par calepin, 21 juillet 2008 à 08:59
  • Je l'ai lu, ainsi que d'autres livres du même auteur, et pas plus tard que l'année dernière, et ... je n'en n'ai aucun souvenir, rien de rien... Donc pas impérissable, et c'est un auteur que j'abandonne définitivement !

    Posté par liliba, 22 juillet 2008 à 09:58
  • J'avais beaucoup aimé "L'homme qui voulait vivre sa vie" et chaque écho que j'entends au sujet d'autres romans de Douglas Kennedy m'amène à me dire que j'ai peut-être commencé par le meilleur.
    Quant à "Cul de sac"... je dois être la seule à ne pas avoir du tout aimé ce polar (mais c'est pas grave, j'essaie d'assumer !) !!!

    Posté par Brize, 24 juillet 2008 à 20:53
  • Je l'ai lu ainsi que 3 autres: la poursuite du bonheur, l'homme qui voulait vivre sa vie et Les charmes discrets de la vie conjugale (même pas fini)

    Seul le premier cité m'a ému et plus. les autres se sont laissés lire...

    Posté par la nymphette, 31 juillet 2008 à 16:53
  • Je viens de commander ce livre en espérant ne pas être trop déçue.

    Posté par Laumey, 27 janvier 2009 à 12:47
  • Bien !

    Apparemment la plupart d'entre vous n'ont pas réellement accroché sur ce roman. Pour ma part je l'ai beaucoup apprécié. Je concède tout de même que Douglas Kennedy ne se renouvelle pas tellement au fil de ses écritures. Mais il reste quand même un bon auteur, ses romans sont agréables à lire malgré un certain manque d'originalité sur les thèmes abordés

    Posté par Caro, 02 août 2011 à 12:44

Poster un commentaire